03.03.2016 à 18:08

footPologne: un joueur dénonce humiliation et harcèlement devant le TAS

Humiliation, harcèlement, mise au ban du club polonais Slask Wroclaw: c'est ce que le joueur albanais Sebino Plaku entend dénoncer vendredi devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), a indiqué jeudi la FifPro, syndicat mondial des footballeurs, qui le soutient.

Au Slask Wroclaw, Plaku, 30 ans, "a été obligé de faire des choses humiliantes, comme distribuer le journal du club dans un centre commercial, s'entraîner dans un vieux survêtement, ou superviser l'entraînement de jeunes âgés de sept ans", décrit la FifPro dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP. "Il s'entraînait parfois seul avec une caméra sur lui pour vérifier qu'il ne se relâchait pas lors d'une journée de 15 heures."

Il "a dû s'entraîner matin, midi et soir six jours par semaine quand il a refusé de réduire son salaire à moins de la moitié de ce qui était prévu par son contrat" expose encore la FifPro.

Interrogé sur ce dossier par l'AFP, le porte-parole du Slask Wroclaw Krzysztof Swierszcz a répondu: "Nous ne commentons pas pour l'instant l'affaire. Nous attendons le verdict du tribunal. En ce qui concerne les accusations portant sur des entraînements meurtriers (expression du clan du joueur) nous ne pensons pas qu'ils aient été meurtriers . Il s'agit des entraînements habituels pour des joueurs professionnels."

La FifPro n'en démord pas: "Mettre les joueurs au ban est une pratique tellement courante dans le football polonais qu'elle a même un nom: être dans le 'club noix de coco'".

"Cette expression vient du nom du joueur Daniel Kokos Kokosinski, qui a subi le même type de harcèlement au Polonia Varsovie en 2009", détaille encore le syndicat, ajoutant: "Kokos veut dire noix de coco en Polonais."

"Quelques mois plus tôt (avant ses déboires), il marquait pour son club, le Slask Wroclaw dans un match d'Europa League remporté contre les Belges de Bruges (le 1er août 2013)", souligne la FifPro, selon qui le joueur avait pourtant proposé de réduire son salaire de 25% ou de partir en prêt dans un autre club, alors que le Slask connaissait des difficultés financières.

Le contrat du joueur a finalement été dissous par la Fédération polonaise, "sans qu'aucune responsabilité ne soit attribuée au club", indique encore la FifPro, qui précise que c'est cette décision de la Fédération qu'attaque le joueur devant le TAS de Lausanne vendredi à 08h30 (GMT).

bo-cda-ebe/pgr/dmk

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!