Italie: Pompéi n’en finit pas de dévoiler ses trésors cachés
Publié

ItaliePompéi n’en finit pas de dévoiler ses trésors cachés

Le site archéologique italien, fermé ces derniers mois pour cause de pandémie, a inauguré lundi son musée rénové et enrichi de nouvelles trouvailles.

1 / 7
Rouvert depuis le 18 janvier 2021, l’Antiquarium, le musée rénové de Pompéi qui expose la collection permanente du site archéologique, n’attire encore que peu de visiteurs en raison des restrictions de déplacements liées à la pandémie.

Rouvert depuis le 18 janvier 2021, l’Antiquarium, le musée rénové de Pompéi qui expose la collection permanente du site archéologique, n’attire encore que peu de visiteurs en raison des restrictions de déplacements liées à la pandémie.

AFP
Parmi les dernières découvertes des archéologues figurent des dizaines d’amulettes qui magiques.

Parmi les dernières découvertes des archéologues figurent des dizaines d’amulettes qui magiques.

AFP
L’éruption du Vésuve, en 79 après JC, a figé pour l’éternité les habitants de Pompéi et leurs animaux domestiques comme ce cheval.

L’éruption du Vésuve, en 79 après JC, a figé pour l’éternité les habitants de Pompéi et leurs animaux domestiques comme ce cheval.

AFP

Le site archéologique de Pompéi, la ville romaine ensevelie par une éruption volcanique il y a presque 2000 ans, a dévoilé lundi de nouveaux trésors à l’occasion de l’inauguration de l’Antiquarium, le musée rénové qui expose sur place statues en bronze, fresques ou encore bijoux en or et argent. Ces vestiges ont été découverts au cours des dernières fouilles. Seul un tiers du site, qui s’étend actuellement sur 44 hectares non loin de Naples, a été mis au jour par les archéologues.

À l’intérieur d’une boîte, les archéologues ont découvert des dizaines d’amulettes, anneaux, statuettes et porte-bonheur en ivoire, bronze, céramique ou ambre qui apparemment ne furent pas suffisants pour protéger l’antique cité de la fureur du Vésuve, qui se serait abattue en octobre de 79 après JC.

«C’est l’une des choses les plus curieuses que nous ayons découverte durant nos recherches: des amulettes (…) qui semblent avoir appartenu à une femme ou un homme ayant recours à la magie», explique le directeur du parc archéologique de Pompéi, Massimo Osanna. «Vous avez ici certains des objets les plus importants découverts depuis le XIXe siècle», ajoute-t-il.

Un «fast-food» antique

En décembre, les archéologues ont annoncé une découverte exceptionnelle: un thermopolium, sorte de «fast-food» de rue dans la Rome antique, orné de motifs polychromes et dans un état de conservation exceptionnel. Outre une fresque déjà connue représentant une Néréide (nymphe marine) sur un cheval, les chercheurs ont retrouvé, peints dans des couleurs vives, des animaux, en particulier de la volaille et des canards colvert qui devaient être consommés avec du vin ou des boissons chaudes.

Et surtout, les scientifiques ont retrouvé dans les creusements de la table des reliefs alimentaires qui pourraient apporter de précieuses informations sur les habitudes gastronomiques à Pompéi au moment de l’éruption du Vésuve. Un fragment d’os de canard, mais aussi des restes de porc, de chèvre, de poisson et d’escargots ont été récupérés dans les pots en terre cuite. Plusieurs ingrédients étaient cuisinés ensemble, un peu comme une paella.

Voir «l’âme de Pompéi»

Comme la plupart des sites culturels italiens, Pompéi est resté fermé ces derniers mois à cause de la pandémie de Covid. Il a rouvert le 18 janvier, mais reste quasi désert, avec une moyenne de moins de cent visiteurs par jour, contre 8000 en temps normal. En 2019, Pompéi a accueilli plus de 3,9 millions de visiteurs, soit le troisième site le plus visité d’Italie après le Colisée de Rome et le musée des Offices de Florence.

Pour Massimo Osanna, la période actuelle est un moment exceptionnel pour visiter Pompéi: «C’est presque comme si vous pouviez voir l’âme de Pompéi, son esprit. C’est une ville abandonnée, et la voir sans touristes vous fait peut-être penser davantage à l’horrible catastrophe qui a fauché toute vie ici et réduit au silence un endroit vibrant de vie».

(AFP)

Votre opinion