23.10.2020 à 23:29

Nagorny KarabakhPompeo appelle Erevan et Bakou à mettre fin aux violences

Le chef de la diplomatie américaine a rencontré séparément ses homologues azerbaïdjanais puis arménien au département d’État à Washington.

Mike Pompeo le 22 octobre 2020 à Washington.

Mike Pompeo le 22 octobre 2020 à Washington.

AFP

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a appelé vendredi l’Arménie et l’Azerbaïdjan à «mettre fin aux violences et protéger les civils» dans la province séparatiste du Nagorny Karabakh, théâtre depuis trois semaines d’un conflit sanglant.

Mike Pompeo a rencontré séparément ses homologues azerbaïdjanais Djeyhoun Baïramov puis arménien Zohrab Mnatsakanian au département d’État à Washington. Il n’y a pas eu de rencontre à trois.

Le chef de la diplomatie américaine a «mis l’accent sur la nécessité de mettre fin aux violences et de protéger les civils», a indiqué le ministère. Il a répété le souhait de Washington que le conflit soit résolu «sans usage ou menace de la force, (en respectant) l’intégrité territoriale et les droits à l’égalité et à l’autodétermination de la population».

L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’accusent mutuellement d’avoir visé la population civile depuis le début des hostilités, le 27 septembre, dans cette région montagneuse de l’Azerbaïdjan contrôlée par des séparatistes arméniens soutenus par Erevan.

«Occupation»

Djeyhoun Baïramov a assuré avoir demandé à Mike Pompeo que l’Arménie mette fin à «l’occupation» du Nagorny Karabakh. «Nous nous sommes engagés à trouver une solution diplomatique au conflit et sommes prêts à reprendre immédiatement des pourparlers sérieux», a-t-il dit dans un communiqué. «L’Arménie doit cesser d’éviter d’importantes négociations et choisir la paix durable», a-t-il ajouté.

Zohrab Mnatsakanian a pour sa part accusé Bakou d’être à l’origine des violences et la Turquie d’être impliquée directement dans le conflit «avec du soutien technique militaire (et) l’envoi de terroristes militaires de la région».

Des petits groupes de manifestants portant des affiches de soutien à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan se sont invectivés à l’extérieur du bâtiment du Département d’État, séparés par un agent de sécurité du ministère.

Prudence

Avant ces rencontres, Mike Pompeo s’était montré prudent sur le résultat de ces discussions, soulignant que deux cessez-le-feu précédents n’avaient pas été respectés. Les États-Unis, comme la Russie, ont multiplié les appels au cessez-le-feu dans le Nagorny Karabakh, région à majorité arménienne ayant fait sécession de l’Azerbaïdjan à la chute de l’URSS, lors d’une guerre ayant fait 30’000 morts.

Washington fait partie, avec la France et la Russie, du Groupe de Minsk formé de longue date par l’Organisation sur la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) pour être le principal médiateur dans ce conflit. La Russie est actuellement en première ligne pour tenter d’apporter une réponse diplomatique aux hostilités, qui ont fait près de 5000 morts selon le président russe Vladimir Poutine.

Washington est officiellement resté neutre, mais Mike Pompeo a récemment dit espérer que l’Arménie puisse «se défendre» face à l’Azerbaïdjan et critiqué l’implication de la Turquie, un allié de Bakou. Les États-Unis comptent une importante communauté arménienne et ont des liens stratégiques avec l’Azerbaïdjan, une des rares nations musulmanes à avoir des relations diplomatiques fortes avec Israël.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!