Guerre: Pompeo confirme le retrait US de Syrie

Publié

GuerrePompeo confirme le retrait US de Syrie

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a assuré que le désir de Trump de retirer les troupes américaines de Syrie serait bien mis en oeuvre.

1 / 150
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

AFP
Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

AFP

Le retrait des soldats américain de Syrie aura bien lieu, a déclaré jeudi au Caire le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, alors que les Etats-Unis ont fixé des conditions qui semblent éloigner indéfiniment l'échéance du départ.

Le président Donald Trump «a pris la décision de retirer nos troupes, nous allons le faire», a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec son homologue égyptien Sameh Choukry, sans toutefois mentionner de calendrier. Il a nié toute «contradiction» entre l'annonce initiale de M. Trump d'un retrait rapide et immédiat et les conditions ensuite fixées par des hauts responsables américains.

(AFP)

Ton opinion