FUTURES NORMES CO2: Porsche sera «clean» en 2030

Publié

FUTURES NORMES CO2Porsche sera «clean» en 2030

Le constructeur allemand est sûr de pouvoir respecter les nouvelles exigences grâce à ses véhicules électrifiés

par
Philippe Clément

Les normes européennes en matière d'émission, de CO2 notamment, donnent des insomnies aux constructeurs automobiles. Fixées de manière arbitraire par les politiciens, les valeurs limite se heurtent aux réalités mécaniques avec plus ou moins de bonheur. Le bon côté des choses, c'est qu'elles poussent les ingénieurs à se montrer toujours plus inventifs pour produire des moteurs toujours plus silencieux, économiques et efficients. Le mauvais est que le défi est parfois tellement énorme, les problèmes si insolubles, que certains ont préféré tricher plutôt que d'admettre qu'ils n'y parvenaient pas...

Depuis le dieselgate, les Porsche diesel trouvent bien moins facilement preneur.

Le processus engagé est pourtant irréversible et les fabricants n'ont d'autre choix que de relever le gant. Leur problème est simple: ils doivent parvenir à atteindre une valeur moyenne sur l'ensemble des modèles qu'ils produisent. Il est donc, a priori, plus facile pour un constructeur généraliste, dont la gamme s'étend des SUV aux petites citadines, de parvenir à compenser «l'indice de pollutivité» de ses modèles haut de gamme, lourds et puissants mais vendus à moins d'exemplaires, par celui de ses petites minicitadines légères et vendues à des centaines de milliers d'unités.

Mais les normes prévues sont devenues tellement strictes que ce simple «équilibrage naturel» ne suffit plus. Et depuis l'«Affaire VW», plus question d'espérer pouvoir encore jouer sur le rapport diesel-essence... C'est pourquoi il n'est pas étonnant que des géants comme Volkswagen, Renault-Nissan-Mitsubishi, Toyota ou Hyundai-Kia aient investi aussi massivement dans la course à l'électrification. Des modèles n'émettant, selon les règles théoriques, aucun CO2: quel meilleur moyen de faire baisser la moyenne?

La 911 GT2 R: 269 g de CO2 par km...

Si, chez les géants de l'industrie, l'apport des hybrides, hybrides plug-in et 100% électriques est une stratégie de complément, il est une classe à part de constructeurs pour lesquels il représente... l'unique voie de salut. Avec une valeur de CO2 de flotte moyenne de plus de 180 grammes de CO2 par kilomètre, Porsche fait partie de ces constructeurs «de niche» pour qui le cap semble impossible à franchir. Impossible? Pas allemand! À son échelle, le spécialistes des sportives et des SUV dynamiques s'est lui aussi lancé dans la course à l'électrification.

Le Cayenne...

... et le macan: les SUV dynamiques de Porsche

Dans un premier temps, le spécialiste des moteurs boxer à six cylindres avait d'abord tenté le pari du turbo. Insuffisant. Contraint et forcé il a – ô sacrilège pour les puristes! – sacrifié deux cylindres sur certains modèles et doté toute sa gamme de turbos. Mieux, mais toujours pas assez.

La 718 Boxster...

... et la 718 Cayman: 100% fun mais 4 cylindres seulement.

Il a alors sorti sa botte secrète: équiper certains SUV et certaines berlines d'un système d'hybridation plug-in répondant au nom de «S E-Hybrid». Bingo! Les six modèles actuellement disponibles, auxquels on ajoute encore la fabuleuse et très exclusive 918 Spyder, affichent une moyenne CO2 de 64 grammes par kilomètre. Bien en dessous de la moyenne de... 198 grammes par kilomètre à laquelle les autres modèles arrivent!

Ainsi, avec sept modèles électrifiés seulement, Porsche parvient à «perdre» près de 6,5% de moyenne générale. De quoi lui permettre d'affirmer qu'il parviendra sans peine à atteindre l'objectif fixé par Bruxelles: 67 g/km d'ici 2030. «Techniquement, nous devrions y parvenir sans trop de problèmes», affirme le chef du dévelopement Michael Steiner. Pour cela, il table sur le fait que, d'ici 2025, plus de la moitié des Porsche vendues seront électrifiées. Sans oublier que, d'ici là, la marque aura lancé son première modèle 100% électrique, basé sur le prototype «Mission E» actuellement en phase de perfectionnement et dont l'entrée en production est prévue pour 2019.

Le prototype de la future Porsche Mission E

Le prototype de la future Porsche Mission E

Alors que la plupart des fabricants allemands, relayés par leur lobby VDA, émettent plus que de simples doutes quant à la possibilité d'atteindre de tels objectifs, Steiner affiche une confiance totale. Se montrant plus sceptique quant au fait que les politiciens parviennent... à interdire totalement le moteur à combustion d'ici là. «Se passer totalement du moteur thermique dans un délai aussi court paraît utopique. De notre côté, notre priorité est de produire des voitures électrifiées si attractives que nos clients auront naturellement envie d'y passer. Mais nous entendons bien pouvoir aussi continuer à proposer des Porsche «conventionnelles» à nos puristes. De toute façon, c'est au client que reviendra le choix final.»

Le modèles hybrides actuellement proposés semblent devoir conforter Michael Steiner dans ses choix: nombreux sont les clients à se tourner vers les modèles électrifiés. Alors que le diesel représentait presque 50% des ventes des modèles précédents, ce sont désormais plus de deux tiers des acheteurs européens de Panamera qui ont opté pour un modèle S E-Hybrid, les qualités intrinsèques des engins et le scandale du dieselgate expliquant ce choix.

Quintessence de la 911, la 911 R aura-t-elle un jour un équivalent hybride? Une hérésie, selon les puristes.

Quant à la question qui taraude tout vrai Porschiste, à savoir «la 911 va-t-elle se décliner en mode électrique dans le futur?», la réponse est à chercher dans l'attitude globale du constructeur. Porsche a prévu d'investir plus de trois milliards dans les cinq ans à venir dans la recherche en matière d'électrification. Le chef des finances et deputy CEO Lutz Meschke ne l'exclut pas: «D'ici au milieu de la prochaine décennie, plus de 50% du volumes de nos ventes se fera avec des modèles électrifiés, que ce soient des hybrides rechargeables ou des 100% électriques, comme notre future Mission E.» Il y a donc fort à parier que, dans un avenir pas si lointain, même sa Majesté 911 se retrouve avec un système de propulsion plus ou moins électrique. Et ça, ça risque d'être bien plus difficile à accepter pour les «puristes»! Même en présentant cette éventuelle future 911 hybride rechargeable comme une version plus «abordable» de la déjà mythique 918 Spyder...

La 918 Sypder, mi-essence, mi-électrique

Ton opinion