Variant Omicron – Possible de développer «très rapidement» un vaccin, selon un scientifique d’Oxford
Publié

Variant OmicronPossible de développer «très rapidement» un vaccin, selon un scientifique d’Oxford

Le professeur Andrew Pollard a estimé «extrêmement improbable» que ce nouveau variant se propage fortement au sein de la population vaccinée.

Une dose de vaccin Astrazeneca.

Une dose de vaccin Astrazeneca.

AFP

Le scientifique britannique, qui a dirigé les recherches sur le vaccin d’Oxford/AstraZeneca contre le coronavirus, a affirmé samedi qu’un nouveau sérum pourrait être développé «très rapidement» contre le variant Omicron.

Le professeur Andrew Pollard, directeur de l’Oxford Vaccine Group, a estimé «extrêmement improbable» que ce nouveau variant se propage fortement au sein de la population vaccinée, «comme nous l’avons vu l’année dernière» avec le variant Delta. Mais si c’était le cas, «il serait possible d’agir très rapidement», a-t-il affirmé sur la BBC, car «les processus de mise au point d’un nouveau vaccin sont de mieux en mieux huilés». Il estime cependant que les vaccins actuels devraient fonctionner contre la nouvelle souche jugée «préoccupante» par l’OMS, mais que cela ne sera certain que dans les semaines à venir.

Fabricants de vaccins confiants

Aucun cas du variant Omicron n’a pour le moment été détecté au Royaume-Uni, l’un des pays d’Europe les plus endeuillés par le virus avec plus de 144’500 morts. Le gouvernement a cependant annoncé jeudi de sévères restrictions pour les passagers en provenance de six pays africains, dont l’Afrique du Sud, où le variant a été détecté pour la première fois.

En Europe, un cas lié au variant Omicron a pour le moment été découvert en Belgique et un autre en Allemagne. Une soixantaine de personnes testées positives à leur retour d’Afrique du Sud inquiètent aussi les Pays-Bas, sans toutefois qu’il soit pour le moment confirmé qu’elles portent le nouveau variant. Ce dernier a aussi été identifié au Malawi, en Israël sur une personne venue du Malawi, au Botswana et à Hong Kong.

Dans un communiqué, AstraZeneca a déclaré avoir «développé, en étroite collaboration avec l’Université d’Oxford, une plate-forme vaccinale qui nous permet de répondre rapidement aux nouvelles variantes qui peuvent apparaître». La société pharmaceutique britannique a annoncé qu’elle «menait déjà des recherches dans les endroits où le variant a été identifié». Les fabricants de vaccins Pfizer/BioNTech, Moderna et Novavax se sont également déclarés confiants dans leur capacité à combattre la souche Omicron.

(AFP)

Votre opinion

53 commentaires