Yémen: Potentiellement riches grâce au vomi d’un cachalot mort
Publié

YémenPotentiellement riches grâce au vomi d’un cachalot mort

Des pêcheurs sont en passe de décrocher le gros lot après avoir extrait d’un cadavre de cétacé 127 kilos d’ambre gris, une substance convoitée par l’industrie du parfum.

Un cachalot échoué, ici en Angleterre. 

Un cachalot échoué, ici en Angleterre.

Getty Images

Un groupe de pêcheurs chanceux du sud du Yémen devrait pouvoir se partager une coquette somme – un peu plus de 1,3 million de francs – du jour au lendemain après avoir trouvé un gros morceau d’ambre gris à l’intérieur d’un cachalot mort qu’ils ont ramené sur le rivage, rapporte thenationalnews.com.

Cette substance cireuse, qui flotte généralement dans les mers après avoir été expulsée du système digestif des cachalots, est particulièrement prisée des parfumeurs et se vend plus cher que l’or. Ce prix élevé est dû à une propriété remarquable: l’ambre gris permet de fixer les odeurs. Si des substituts chimiques existent, l’ambre gris n’en reste pas moins convoité.

La carcasse du cétacé a été repérée samedi à une trentaine de kilomètres dans le golfe d’Aden, selon Mohammed Abdo, de la région d’Al Khaisa, un des pêcheurs qui espèrent obtenir sa part du gâteau.

Un trésor dans son estomac

«La baleine était très grosse. Nous ne pouvions pas l’embarquer, alors nous avons appelé tous les pêcheurs des environs pour nous aider.» Ensemble, 37 pêcheurs ont utilisé leurs bateaux pour traîner la carcasse du cachalot jusqu’à la plage de Dounafa, un petit bout de côte isolé près d’Al Tawahi, où ils ont ouvert son estomac et extrait l’ambre gris.

L’ambre gris pesait 127 kilos, selon un autre des pêcheurs, qui a souhaité rester anonyme. «De nombreux hommes d’affaires spécialisés dans les parfums des pays du Golfe nous ont contactés pour se porter acquéreur. L’intermédiaire de l’un d’entre eux a articulé une offre de 45 000 riyals saoudiens par kilo, (soit au cours actuel 10 700 francs suisses), pour autant que l’ambre soit de haute qualité», a-t-il déclaré. Pour protéger la substance, un cordon de sécurité a été mis en place.

Le revenu annuel moyen au Yémen est d’environ 200 000 rials yéménites – 715 francs environ – et de nombreuses personnes ont du mal à joindre les deux bouts après six ans de guerre civile.

(JChC)

Votre opinion