Football: Pour 40% d'entre vous, les joueurs du FC Sion «n'écoutent pas»

Publié

FootballPour 40% d'entre vous, les joueurs du FC Sion «n'écoutent pas»

Le sondage réalisé par «LeMatin.ch» sur le fait que Paolo Tramezzani ne parle pas français a livré un verdict surprenant. Il en ressort que les protégés de Tourbillon seraient plutôt distraits.

par
Sport-Center
Malgré sa mauvaise connaissance du français, Paolo Tramezzani réussit à faire passer son message.

Malgré sa mauvaise connaissance du français, Paolo Tramezzani réussit à faire passer son message.

Keystone

Lorsqu'il entraîne une équipe romande, un coach doit-il nécessairement s'exprimer en français? Tel était la question posée en début de semaine par «LeMatin.ch», en marge du retour de Paolo Tramezzani au FC Sion, sachant que le technicien italien ne parle pas, ou alors très mal, le français.

Pour Christian Constantin, la gestuelle, l'énergie transmise par le revenant de Tourbillon s'avèrent tout aussi importantes que l'expression verbale. «Il n'y a pas seulement la langue, estimait en substance le président valaisan, il y a aussi le charisme du gars qui parle, l'énergie qu'il dégage. Un feu ne prend pas sans flamme. L'énergie qu'un coach peut dégager va au-delà de la compréhension des mots.» Soit.

A considérer les résultats du sondage réalisé à cette occasion, les internautes du «Matin.ch» ont cependant exprimé une toute autre opinion. Ainsi, 38% d'entre eux sont d'avis que le français s'avère «indispensable pour faire passer un message» - seuls 8% pensant que le «charisme est suffisant, peu importe la langue».

Sur les cinq propositions présentées, c'est pourtant une autre réponse qui, assez curieusement, allait obtenir le plus de suffrages. A cette occasion, plus de 40% des quelque 1000 votants estiment que «de toute manière, les joueurs du FC Sion n'écoutent pas»...

Faut-il voir là l'expression d'un sentiment de rejet anti-valaisan ou la triste réalité d'un lien rompu au sein même du vestiaire, peu importe l'orateur? Compte tenu du défilé permanent des coaches se succédant au pupitre, les «élèves» de Tourbillon seraient-ils tête en l'air, peu enclins à suivre les consignes de celui qui les leur transmet? Fantasme ou réalité, Constantin ne veut pas trancher. «Ce dont je suis par contre convaincu, dit-il, c'est que dès l'instant où l'on parle du FC Sion, chacun se plait à donner son avis plus qu'ailleurs. Que cette réponse ait été majoritairement retenue ne m'étonne pas dans la mesure où c'est la seule phrase rigolote.»

«Le message passe, ne vous inquiétez pas»

Certitude: compte tenu de l'enchaînement des matches pour espérer boucler la saison (13 en 43 jours, auxquels il convient d'ajouter le ou les rendez-vous de Coupe de Suisse), le Mister n'aura guère le temps de perfectionner sa connaissance des langues. «Paolo baragouine déjà quelques mots de français.» Dans la vérité du quotidien, le successeur de Ricardo Dionisio s'exprime dans un curieux mélange d'italien, d'anglais, de français et d'albanais. «C'est un peu délicat parfois, mais le message passe, ne vous inquiétez pas», a expliqué l'intéressé sur le site du club valaisan.

Dix jours après la prise de pouvoir de Tramezzani, la priorité demeure de réveiller le vestiaire afin de placer ses occupants devant leurs responsabilités. «Aujourd'hui, reprend son employeur, les gars sont tout contents de recourir après un ballon. Ils s'entraînent bien, mais on verra le résultat quand ça comptera vraiment.»

Premier test pour Sion, ce vendredi à Riddes contre le FC Chiasso (14h30). Un rendez-vous amical qui se disputera à huis clos compte tenu des mesures sanitaires toujours en vigueur.

Nicolas Jacquier

Quatre joueurs «promus» en équipe A

Afin d'aborder au mieux les échéances rapprochées qui attendent le FC Sion, Paolo Tramezzani a choisi d'incorporer en première équipe plusieurs espoirs issus des M21.

Après en avoir discuté avec Sébastien Bichard, son nouvel adjoint venu du banc des M21, l'Italien a ainsi offert une chance à Arian Kabashi, Sandro Theler, Mauro Rodriguez et Alexandre Nsakala, qui s'entraînent désormais avec le groupe pro.

Ce quatuor rejoint ainsi les talentueux Damien Buchard, Berkan Kutlu, Baltazar Costa et Edgar André Antonio, déjà tous contingentés au sein de l'équipe fanion de Tourbillon.

Ton opinion