Hockey sur glace – Pour aller aux JO, Romain Loeffel a un atout dans son jeu
Publié

Hockey sur glacePour aller aux JO, Romain Loeffel a un atout dans son jeu

Romain Loeffel retrouve son meilleur niveau au HC Lugano aux côtés de l’ex-arrière de NHL, Mirco Müller. Le Chaux-de-Fonnier n’a joué que huit matches cette saison et a déjà marqué cinq buts.

par
Cyrill Pasche
Romain Loeffel revient en forme au meilleur moment. L’arrière du HC Lugano a marqué cinq buts en huit matches. 

Romain Loeffel revient en forme au meilleur moment. L’arrière du HC Lugano a marqué cinq buts en huit matches.

Michela Locatelli/freshfocus

Pour faire partie de l’équipe olympique en février prochain, Romain Loeffel (30 ans) a un atout dans son jeu: Mirco Müller, son partenaire en défense au HC Lugano. Le nom de l’ancien arrière de NHL (188 matches avec les San Jose Sharks et New Jersey Devils) devrait être un des premiers que le sélectionneur Patrick Fischer couchera sur le papier après Roman Josi, le capitaine des Nashville Predators, lorsqu’il sera question de dévoiler le 18 janvier prochain l’équipe définitive qui s’envolera pour la Chine. «Physiquement, il est hyper solide, il joue dur et gagne ses duels dans les bandes», explique Romain Loeffel au sujet de son partenaire de défense de 26 ans. «Et puis, quand il a le puck, il ne s’en débarrasse pas. Il reste calme en toutes circonstances. Pour moi, c’est une aubaine parce qu’en jouant à ses côtés, cela me donne beaucoup de libertés.»

Loeffel-Müller, un duo complémentaire

Mirco Müller, l’ex arrière de NHL, est-il le ticket olympique de Romain Loeffel?

Mirco Müller, l’ex arrière de NHL, est-il le ticket olympique de Romain Loeffel?

Marusca Rezzonico/freshfocus

Müller, le grand et robuste gaucher pour déblayer, Loeffel, l’agile et créatif droitier pour fabriquer du jeu. Voici un duo complémentaire qui fonctionne à merveille. «Nous avons tout de suite trouvé les automatismes, note Loeffel. C’est certain, on se complète bien.» Depuis qu’il est revenu au jeu après avoir manqué 19 matches au total cette saison en raison d’une commotion cérébrale, le Chaux-de-Fonnier a dès le départ été placé par Chris McSorley aux côtés de Müller. Le Zurichois, revenu en Suisse en début de saison après avoir passé toute sa carrière en Amérique du Nord, est-il le «ticket olympique» de Romain Loeffel?

«Il ne me reste qu’à donner le meilleur de moi-même en club et démontrer que je mérite une place aux JO. La première étape, ce sera d’être retenu pour le tournoi de Viège à la mi-décembre.»

Romain Loeffel, défenseur international du HC Lugano

«C’est un atout, c’est clair», reconnaît le futur joueur du CP Berne (il s’est engagé avec le club de la capitale pour quatre ans à compter de l’été prochain) qui faisait d’ailleurs équipe avec Jonas Siegenthaler (New Jersey Devils) lors des Mondiaux 2021 en Lettonie. «Mais il ne faut pas oublier que je n’ai pas beaucoup joué cette saison et que j’ai manqué une vingtaine de parties (ndlr: 19 au total). Contre Fribourg vendredi, ce n’était que mon huitième match de l’exercice. L’équipe de Suisse, les JO, c’est un très gros objectif. En plus avec la NHL et avec les meilleurs joueurs de la planète, wouah, ce serait quelque chose! Pour aller à Pékin, il y aura beaucoup de concurrence. J’espère faire partie de l’aventure et disputer mes deuxièmes JO après ceux de 2018 en Corée du Sud, mais le choix final sera celui du sélectionneur, Patrick Fischer. En attendant, il ne me reste qu’à donner le meilleur de moi-même en club et démontrer que je mérite une place. La première étape, ce sera d’être retenu pour le tournoi de Viège à la mi-décembre.»

Loeffel est toutefois devenu une valeur sûre de l’équipe nationale depuis les CM 2017 à Paris (ndlr: il avait été rappelé en cours de tournoi à Prague en 2015 et avait joué deux matches). Le Chaux-de-Fonnier a participé aux Mondiaux 2017, 2019 et 2021 (pas de Mondiaux en 2020 en raison du Covid) ainsi qu’aux JO de 2018 en Corée du Sud. Il n’a manqué qu’un tournoi: le championnat du monde 2018 lorsque la Suisse s’était hissée en finale contre la Suède.

«Je ne quitte pas Lugano à cause de McSorley»

Romain Loeffel apprécie Chris McSorley, son coach à Lugano et ex mentor à Genève-Servette. 

Romain Loeffel apprécie Chris McSorley, son coach à Lugano et ex mentor à Genève-Servette.

Marusca Rezzonico/freshfocus

Vendredi contre FR Gottéron (victoire des Dragons 3-4 après prolongation), Romain Loeffel a été le meilleur joueur bianconero avec le topscorer Luca Fazzini. Son cinquième but de l’exercice (en seulement huit matches) a complètement modifié la dynamique d’une rencontre jusque-là à sens unique. En inscrivant le 1-3 à la 29e minute, Loeffel a lancé la course-poursuite d’un HC Lugano malmené par Gottéron. «On est très mal parti dans ce match, mais nous avons eu une grande réaction en revenant à 3-3. Nous ne sommes pas là où nous aimerions être au classement (8e), mais on sent qu’il y a un état d’esprit dans cette équipe.»

Le Chaux-de-Fonnier, à Lugano depuis 2018, admet que Chris McSorley a rugi comme à ses plus belles heures après une première période catastrophique (0-3). Les murs de la Resega ont tremblé. «Sur l’échelle de Chris McSorley, il devait être à 7 ou 8 après le premier tiers, sourit Loeffel. C’est clair, il nous a secoué. Et même s’il s’est certainement assagi depuis ses grandes années à Genève, cela reste quelqu’un qui peut très vite monter dans les tours lorsque cela ne fonctionne pas.»

Après leurs années communes à Genève-Servette, le duo Loeffel-McSorley est-il encore fait pour s’entendre? «Certaines personnes ont dit que je partais à Berne parce que je ne voulais plus être coaché par Chris. C’est totalement faux. Au contraire, c’est un entraîneur que j’ai toujours beaucoup apprécié. Il m’a beaucoup apporté et je lui dois beaucoup: c’est lui qui a relancé ma carrière à Genève en 2014. Il le sait et nous n’avons jamais abordé ce sujet. D’ailleurs, il n’avait rien à voir avec mon départ de Genève. A l’époque, Craig Woodcroft était le coach de Genève-Servette… Et si j’ai désormais signé à Berne, c’est parce que je dispute déjà ma quatrième saison avec Lugano et que j’avais besoin d’un nouveau challenge dans ma carrière.»

Votre opinion