Liberia - Pour avoir rendu du cash perdu, un ado devient héros national
Publié

LiberiaPour avoir rendu du cash perdu, un ado devient héros national

Dans un pays fragilisé par les guerres civiles et une pauvreté endémique, Emmanuel n’a pas gardé pour lui 50’000 dollars trouvés sur l’autoroute.

par
JChC/AP
Emmanuel Tuloe, 18 ans. Conducteur de moto-taxi au Liberia.

Emmanuel Tuloe, 18 ans. Conducteur de moto-taxi au Liberia.

AP

Un adolescent du Liberia est devenu un héros national pour avoir rendu à sa légitime propriétaire les 50’000 dollars (46’300 francs suisses) qu’il avait trouvés sur l’autoroute. Son geste lui vaudra de rencontrer le président du pays, demain lundi, a déclaré vendredi à l’Associated Press, Emmanuel Tuloe, le jeune homme en question.

«Je suis prêt à aller voir le président et quand je le rencontrerai, je lui parlerai de mon éducation», a -t-il déclaré du haut de ses 18 ans. «Je lui dirai que je veux retourner à l’école». Emmanuel a en effet abandonné sa scolarité en septième année pour gérer un service de moto-taxi afin de pouvoir soutenir sa famille. «Je lui demanderai d’aider les jeunes à ne pas quitter l’école parce qu’il n’y a rien à gagner dans ce business».

À moto-taxi

Emmanuel conduisait sa moto-taxi sur une autoroute, mardi, lorsqu’il a repéré un sac en plastique sur la chaussée. Ce dernier contenait une grosse somme d’argent.

«J’ai eu peur car qu’il y en avait beaucoup. J’ai ramené le sac à la maison et l’ai confié à ma tante pour qu’elle le garde jusqu’à ce qu’on le réclame»

Le même jour, Musu Yancy, la femme d’affaires qui avait perdu son pactole dans des circonstances non précisées, est intervenue à la radio «pour lancer un appel». Emmanuel l’a entendu et a choisi de lui rendre son bien, à la grande satisfaction de la Commission anticorruption libérienne, qui l’a félicité.

Certains le félicitent, d’autres…

Emmanuel a constaté que si de nombreux Libériens le complimentent, d’autres, dont certains de ses amis, lui en veulent. Son geste paraît en effet peu courant dans un pays souffrant d’une pauvreté extrême alors que le Liberia se remet lentement d’une longue série de guerres civiles.

«Si je me trouve en panne sur l’autoroute et que certains de mes amis à moto viennent à passer, ils ne m’aident plus. Ils disent que j’ai été stupide.», a-t-il déclaré depuis sa ville natale de Gbolor Dialla, à la frontière avec la Côte d'Ivoire. «Ils me disent que je ne deviendrai jamais riche; que je vais vivre et mourir pauvre».

Menacé mais droit dans ses bottes

Les réactions sont même parfois menaçantes: «je dois me protéger», regrette Emmanuel. L’adolescent n’en reste pas moins droit dans ses bottes et conseille malgré tout à tous de restituer les objets ou les sommes qu’ils pourraient trouver. Il confirme en outre que son geste n’est pas resté sans récompense: la femme d’affaires lui a offert de l’argent et du matériel pour une valeur totale proche des 1400 francs suisses.

Tuloe précise qu’il compte partager l’argent reçu avec ses compagnons de routes. Par contre, il réserve la récompense matérielle – il s’agit apparemment d’un matelas neuf – pour sa grand-mère.

Votre opinion