Climat - Pour Boris Johnson, la COP26 est un «tournant pour l’humanité»

Publié

ClimatPour Boris Johnson, la COP26 est un «tournant pour l’humanité»

À la tribune de l’ONU, le Premier ministre britannique a prévenu que notre «belle planète» risquait de devenir «inhabitable» si rien n’était fait rapidement.

Boris Johnson à Londres, le 17 septembre 2021.

Boris Johnson à Londres, le 17 septembre 2021.

AFP

La COP26, le sommet décisif sur le climat qui s’ouvrira fin octobre à Glasgow, sera un «tournant pour l’humanité», a prévenu mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson à l’ONU, en appelant le monde à faire enfin preuve de «maturité» et de «sagesse».

«Il est temps pour l’humanité de grandir», a-t-il lancé à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, dans un discours passionné entièrement consacré à la crise climatique. «Il est temps pour nous d’écouter les avertissements des scientifiques», a-t-il martelé. Il a de nouveau prévenu que notre «belle planète» risquait de devenir «inhabitable», «pas seulement pour nous mais pour de nombreuses autres espèces», faute d’action contre le réchauffement climatique.

«C’est pourquoi la COP26 de Glasgow est le tournant pour l’humanité. Nous devons limiter la hausse des températures», a-t-il déclaré. «Nous devons montrer que nous avons la maturité et la sagesse pour agir», a-t-il ajouté, tout en relevant que le temps faisait «cruellement» défaut.

«Chemin catastrophique de 2,7°C»

Son discours intervient quelques jours après la publication d’un rapport de l’ONU qui conclut que limiter le réchauffement climatique mondial à 1,5°C est impossible sans une réduction immédiate et massive des émissions de gaz à effet de serre. L’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, signé lors de la COP21, appelait à limiter le réchauffement planétaire à moins de 2°C au-dessus du niveau pré-industriel, et dans l’idéal à 1,5°C.

Mais sur la base des engagements actuels des États membres de l’accord, «le monde est sur le chemin catastrophique de 2,7°C», a mis en garde récemment le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, soulignant que sans changement de «trajectoire», la COP26 en Écosse risque de se terminer sur un échec. Boris Johnson a appelé les pays à «aller plus loin» et à «aller plus vite» dans la réduction des émissions.

Londres et Washington saluent la décision de Pékin sur le charbon

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont salué mercredi la décision de la Chine de cesser de construire des centrales à charbon à l’étranger, mais ont appelé les autorités chinoises à faire davantage, dans leur pays, pour lutter contre le changement climatique. «Je veux vraiment remercier le président chinois Xi pour ce qu’il vient d’annoncer pour mettre fin au financement international du charbon par la Chine», a réagi le Premier ministre britannique Boris Johnson à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU.

«J’espère que la Chine ira maintenant plus loin, et arrête aussi graduellement l’utilisation du charbon au niveau national», a-t-il ajouté. «Nous saluons cette annonce mais nous estimons aussi qu’il faut faire davantage», a également dit un responsable américain à des journalistes en marge de la réunion des Nations Unies à New York.

(AFP)

Ton opinion

7 commentaires