Publié

DiplomatiePour Damas, Washington met «Genève 2» en péril

Les déclarations du secrétaire d'Etat américain John Kerry menacent de «faire échouer» la conférence internationale Genève-2 censée réunir pouvoir et opposition pour trouver une solution au conflit en Syrie.

John Kerry, ici le 3 novembre 2013 en Egypte, a fait des déclarations depuis Le Caire qui n'ont pas plu à son homologue syrien.

John Kerry, ici le 3 novembre 2013 en Egypte, a fait des déclarations depuis Le Caire qui n'ont pas plu à son homologue syrien.

AFP

«Le secrétaire d'Etat John Kerry continue de faire des déclarations qui menacent de faire échouer la conférence de Genève, ce qui est une ingérence flagrante dans les affaires syriennes et une agression contre le droit du peuple syrien à tracer son avenir», déclare le le ministère syrien des Affaires étrangères ce dimanche dans un communiqué.

«Si les Etats-Unis sont sincères dans leur coopération avec la Russie, Kerry doit comprendre que seul le peuple syrien a le droit de choisir ses dirigeants et son avenir politique, sans ingérence étrangère» et que «la réussite de Genève-2 dépend uniquement de la volonté des Syriens de s'accorder entre eux pour faire cesser la violence et le terrorisme, et pour parvenir à une solution politique», poursuit le communiqué.

Pouvoir de transition

M. Kerry a affirmé dimanche au Caire, première étape d'une tournée régionale, que la politique des Etats-Unis visait le même objectif final que ses alliés, un pouvoir de transition sans Bachar al-Assad. «Nous partageons tous le même objectif(...), à savoir sauver l'Etat syrien et la mise en place d'un gouvernement de transition (...) qui puisse donner la chance au peuple de Syrie de choisir son avenir», a-t-il ajouté.

«Nous pensons aussi qu'Assad, parce qu'il a perdu toute autorité morale, ne peut pas en faire partie» et «personne ne peut en fait répondre à la question de savoir comment mettre un terme à la guerre tant qu'Assad sera là-bas», a conclu le secrétaire d'Etat.

(ats)

Ton opinion