Actualisé 24.11.2019 à 10:05

JaponPour des nuitées à un franc, un hôtel filme en direct ses clients

Un établissement japonais propose une offre pour le moins insolite à ses clients: s'ils acceptent d'être filmés dans leur chambre et d'être diffusés en direct, la nuitée est à moins d'un franc.

par
CBO
Cette offre ne s'adresse pas aux gens pudiques.

Cette offre ne s'adresse pas aux gens pudiques.

iStock

Tetsuya Inoue est un hôtelier audacieux. Pour tirer son épingle du jeu dans un marché où la concurrence est féroce, ce jeune homme de 27 ans a eu une idée saugrenue pour dynamiser la fréquentation de son auberge, qu'il juge vieillissante.

Depuis le mois d'octobre, il propose une offre insolite pour quelques unes de ses chambres: ne payer que 100 yens, ce qui représente moins d'un franc suisse, et en échange accepter d'être filmé et diffusé en direct sur YouTube, rapporte «Ouest-France».

Il a d'ailleurs spécialement créé une chaîne sur la plateforme pour partager les nuitées de ses clients qui optent pour cette formule particulière. Baptisée «One Dollar Hotel», il est possible pour n'importe quel internaute d'observer les faits et gestes des volontaires.

Ces derniers ont d'ailleurs deux règles à respecter: ne pratiquer aucune activité sexuelle et ne montrer aucun document privé ou confidentiel. Leur intimité est tout de même préservée un minimum, la salle de bain est hors de portée des caméras et le son n'est pas diffusé.

«Les jeunes de nos jours ne se soucient guère de la vie privée»

Pour l'instant, seulement quatre clients ont accepté ce marché, selon le média américain «CNN». Malgré ce départ poussif, Tetsuya Inoue reste confiant: «Les jeunes de nos jours ne se soucient guère de la vie privée. Certains d’entre eux disent qu’il est acceptable d’être regardé pendant une journée». Il n'hésite d'ailleurs pas à se filmer lui-même en direct de son bureau quand aucun client ne joue le jeu.

À moyen terme, Tetsuya Inoue espère accumuler les vues et les abonnés sur sa chaîne afin d'être en mesure de monétiser ses vidéos. Les revenus couvriraient alors les pertes engendrées par la location des chambres à seulement 100 yens par nuit.

Pour ceux qui ne veulent pas être filmés, le tarif «normal» des chambres concernées est de 3000 yens, soit 27 CHF. Samedi, sa chaîne Youtube cumulait plus de 9000 abonnés et près de 600'000 vues.

CBO

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!