Football: Pour Gabet Chapuisat, Nsame est «indéfendable»
Publié

FootballPour Gabet Chapuisat, Nsame est «indéfendable»

À Vaduz, l’attaquant d’YB a été expulsé pour la troisième fois depuis l’été passé. Le consultant de Blue Sports n’est pas tendre envers celui qui vient d’être à nouveau couronné meilleur joueur de Super League.

par
Nicolas Jacquier
Après avoir été consulter son écran de contrôle suite à l’intervention de la VAR, Lukas Fähndrich a sorti son carton rouge pour expulser Jean-Pierre Nsame (absent sur l’image).

Après avoir été consulter son écran de contrôle suite à l’intervention de la VAR, Lukas Fähndrich a sorti son carton rouge pour expulser Jean-Pierre Nsame (absent sur l’image).

Freshfocus

Durant sa carrière, Jean-Pierre Nsame (27 ans) n’avait encore jamais été expulsé avant le 30 juin 2020.

Ce soir-là, le serial buteur d’YB avait vu rouge à la Praille en administrant une gifle à Anthony Sauthier, le capitaine du Servette FC, qui en avait suffisamment rajouté pour provoquer l’expulsion de son vis-à-vis au milieu de la seconde période. Nsame avait alors écopé de trois matches de suspension, une sanction ramenée ensuite à deux matches.

Nouveau coup de sang pour celui qui allait être sacré double meilleur joueur du championnat en Ligue Europa. Le 10 décembre dernier, au Wankdorf, Nsame avait été expulsé quelques secondes après avoir égalisé sur penalty (91e) contre les Roumains de Cluj lors d’une fin de match à très haute tension. Héros malheureux, le No 18 bernois avait ensuite été exclu à la 95e minute. Il sera suspendu en 16es de finale contre les Allemands du Bayer Leverkusen.

Rebelote ce dimanche à Vaduz, où un geste revanchard à l’encontre du défenseur liechtensteinois Yannick Schmid qui l’avait provoqué a valu au bouillant attaquant un retour très prématuré au vestiaire (38e) après l’intervention de la VAR (le geste, dans un premier temps, ayant échappé à M. Fähndrich).

Trois cartons rouges en à peine plus de six mois, c’est beaucoup, de surcroît pour un attaquant. Pourquoi Nsame ne parvient-il plus à se contrôler? Est-ce la conséquence du traitement qu’il subit à longueur d’année? Sur ce coup-là, Gabet Chapuisat estime que l’accusé ne bénéficie d’aucune circonstance atténuante. «Il a perdu les pédales, c’est tout. Il est indéfendable. Avec l’expérience qui est la sienne, un gars comme lui doit avoir l’habitude de se faire allumer et surtout de résister aux provocations», lâche l’actuel consultant de Blue Sports, lequel, en vingt de carrière, avait reçu quatre cartons rouges.

«Mais à l’époque, précise Gabet, les arbitres étaient plus larges. Avec la VAR, tu n’as aujourd’hui plus aucune chance de t’en sortir.»

«On peut aussi y voir un moment de frustration. YB est catastrophique en ce moment»

Gabet Chapuisat, consultant de Blue Sports

Au Rheinpark, le pétage de plomb de Nsame à la 38e minute pourrait aussi avoir une autre explication. «On peut aussi y voir un moment de frustration. YB est catastrophique en ce moment. Or quand YB est mauvais, on ne voit généralement pas Nsame. Plutôt que de se justifier maladroitement, le joueur aurait mieux faire de regretter son geste. On aurait été prêt à le lui pardonner. Tandis que là…»

«On peut imaginer que le défenseur de Vaduz a tout fait pour le faire sortir de ses gonds. C’est de bonne guerre»

Stéphane Grichting, ancien international helvétique

Ancien international helvétique, Stéphane Grichting livre un autre regard sur ces duels musclés qui se jouent dans les seize mètres chaque week-end. «On est dans le jeu de la provocation, explique le Valaisan. Un attaquant reçoit globalement toujours plus de coups qu’il n’en donne. Dans le cas de Nsame, il s’est fait pincer après un geste revanchard maladroit () S’il était un petit attaquant, qui marque peu dans un petit club qui plus est, il ferait l’objet de beaucoup moins de surveillance. On peut imaginer que le défenseur de Vaduz a tout fait pour le faire sortir de ses gonds. C’est de bonne guerre.»

Et notre interlocuteur, comment s’y prenait-il pour limiter le rayon d’action des attaquants dont il avait le contrôle? «Personnellement, j’ai toujours essayé d’être propre tout… en étant parfois à la limite!»

Pour la suite de la carrière de l’international camerounais, cette nouvelle expulsion ne va pas servir ses intérêts. «Ces expulsions en série lui sont préjudiciables, notamment en vue d’un futur transfert à l’étranger, estime Grichting. Si le buteur veut franchir un pallier dans sa progression, il doit apprendre à mieux se contrôler…»

Alors qu’il était récidiviste, Jean-Pierre Nsame s’en tire au final plutôt bien: il a écopé ce lundi de deux matches de suspension. Un verdict somme toute clément au vu de son récent passé.

Nsame se justifie sur la Toile

Expulsé suite à ce que les catcheurs appellent un «atémi», soit une claque, portée ici au niveau de la gorge, Jean-Pierre Nsame a plaidé la légitime défense sans intention de blesser. C’est du moins ce qui ressort des différents tweets que le buteur d’YB a publiés dès dimanche soir. «Aujourd’hui en tant quattaquant, peut-on notamment lire, tu fais 1m90, tu ne peux pas lever ta main à une certaine hauteur. Tu ne peux pas toucher un défenseur sinon il tombe, et tu prends rouge. Par contre, tu dois te laisser tirer le maillot, prendre des coups, mais toi quand tu vas lever la main (pas pour le taper, je précise), il suffit qu’elle aille vers lui, tu prends un rouge... Tu le pousses c’est un jaune ou un rouge.»

Dans plusieurs échanges avec des internautes, notamment ceux des enfants du Servette, l’ancien buteur «grenat» déplore le manque de moyens des arbitres de la VAR. «Si tu avais une caméra de derrière l’action, tente de justifier Nsame sur son compte Twitter, tu verrais quen aucun cas je le touche... c’est pour ça que je mets ça. Je fais 1m88 donc à partir du moment que je vais lever la main à auteur de visage, il tombe... et tu appelles ça juste?»

On verra si les juges de Muri auront la même interprétation de la «scène du délit».

Votre opinion