13.10.2020 à 05:16

SuissePour un expert, «le Covid nous occupera jusqu’à fin 2021»

Pour Manuel Battegay, co-directeur de la taskforce Covid-19 de la Confédération, la Suisse adopte la bonne approche face au Covid et un reconfinement n’est pas envisageable.

«Nous devons informer la population de manière plus concrète et plus compréhensible sur la manière de se comporter dans les situations de la vie quotidienne», souligne Manuel Battegay. 

«Nous devons informer la population de manière plus concrète et plus compréhensible sur la manière de se comporter dans les situations de la vie quotidienne», souligne Manuel Battegay.

KEYSTONE

Bien que le nombre croissant de cas de Covid-19 et d’hospitalisations soit inquiétant, la Suisse adopte la bonne approche en ne réagissant pas de façon alarmiste, estime l’infectiologue Manuel Battegay. Pour lui, un nouveau confinement n’est pas envisageable.

Au vu du nombre croissant de cas, il vaut mieux appliquer les mesures existantes de façon plus rigoureuse que d’en introduire de nouvelles précipitamment, indique mardi Manuel Battegay, co-directeur de la taskforce Covid-19 de la Confédération dans une interview avec le Tages-Anzeiger.

«Nous devons informer la population de manière plus concrète et plus compréhensible sur la manière de se comporter dans les situations de la vie quotidienne», souligne-t-il. Et d’illustrer que toute personne qui souhaite rendre visite à ses grands-parents dans une maison de retraite devrait éviter de se rendre dans un club pendant les dix jours précédant la visite.

Confinement, pas une alternative

Selon Manuel Battegay, les hôpitaux sont préparés à faire face au nombre croissant d’hospitalisations, même si les capacités ne sont pas illimitées. «Chaque jour nous regardons le nombre de personnes nouvellement admises dans les hôpitaux à cause du Covid-19 et l’occupation des unités de soins intensifs», explique-t-il. Et d’ajouter que les hôpitaux suisses n’ont pas encore atteint leurs limites.

Il précise en outre que, dans 20 hôpitaux, des données relatives à la mortalité et aux facteurs de risque sont récoltées en continu dans le cadre d’une étude de l’Office fédéral de la santé publique.

L’infectiologue estime qu’un nouveau confinement n’est pas une alternative. Si les mesures établies sont respectées, de nombreuses libertés sont possibles, avance-t-il.

Grandes manifestations

Selon Manuel Battegay, une nouvelle interdiction des grandes manifestations ne devrait être prononcée que s’il est démontré qu’elles présentent réellement un risque accru. Il en appelle à la discipline des spectateurs pour respecter les concepts de protection avant et après les manifestations.

Le spécialiste reste persuadé que le coronavirus «nous occupera jusqu’à fin 2021» mais est confiant qu’un vaccin sera bientôt disponible, peut-être au milieu de l’année 2021. Interrogé sur le sujet, il prédit que «le pire devrait être passé en avril 2021».

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
60 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Pierrot

13.10.2020 à 08:44

Déjà qu'il ne fallait pas faire de confinement au début de la l'année !!!

Luther

13.10.2020 à 08:35

JAMAIS au grand JAMAIS dans toute l'histoire de l'humanité un vaccin n'a été découvert en 6 mois voire 1 an....c'est de la folie pure et ça ne repose sur rien de scientifiquement convaincant, d'autant plus pour un coronavirus qui mute et qui va encore muter. ABE

Waldemar von Kreuzfeld

13.10.2020 à 08:21

Et une fois la Covid terminée il faudra faire quoi? Passer à la Covid 2: redonner du travail aux gens et relancer la machine dans presque tous les secteurs...si possible en menant un enquête internationale afin de déterminer les causes exactes de cette aventure, histoire de ne pas nous retrouver en 2025 avec un SARS-CoV-5G. Bon travail dudes!!!