Beaux-arts: Pour les expos, il reste les vitrines…
Publié

Beaux-artsPour les expos, il reste les vitrines…

Après une galerie remplie de sacs-poubelles à Neuchâtel, en voici une couverte de photos de presse à Bienne.

par
Vincent Donzé
1 / 6
L’artiste Enrique Muñoz García a placardé des pages de journaux contenant au moins une photo de lui.

L’artiste Enrique Muñoz García a placardé des pages de journaux contenant au moins une photo de lui.

David Porfirio
«Berner Zeitung», «Der Bund» et «Tages-Anzeiger» ont participé à cette exposition conceptuelle.

«Berner Zeitung», «Der Bund» et «Tages-Anzeiger» ont participé à cette exposition conceptuelle.

David Porfirio
Bien avant le coronavirus, le photographe d’origine chilienne a tapissé en train en marge de la Biennale d’Istanbul, en 2017.

Bien avant le coronavirus, le photographe d’origine chilienne a tapissé en train en marge de la Biennale d’Istanbul, en 2017.

DR

Présentée pendant une semaine à la galerie satellite «Lokal-int» de Bienne, l’œuvre du photographe biennois d’origine chilienne Enrique Muñoz García (51 ans) était conçue pour nous faire «réfléchir à la situation de la scène artistique à l’époque du Covid».

Le travail «Journaux» était basé sur la couverture de la vitrine de la galerie par des journaux de la presse suisse des vingt dernières années. Sur chaque page figurait au moins une image que l’artiste a figée avec sa casquette de photographe de presse.

Faite de 332 photos imprimées dans «Berner Zeitung», «Der Bund» ou «Tages-Anzeiger», l’installation photographique d’Enrique Muñoz García semblait dissimuler des informations contenues dans la galerie, en même temps qu’elle constituait une exposition conceptuelle.

À la galerie du Palais, «Arrêt sur monochrome» est visible de l’extérieur jusqu’au 7 mars prochain.

À la galerie du Palais, «Arrêt sur monochrome» est visible de l’extérieur jusqu’au 7 mars prochain.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Après la petite galerie du Palais à Neuchâtel, remplie de 300 sacs-poubelles gonflés d’air par l’artiste Christophe Constantin, qui a intitulé son œuvre «Arrêt sur monochrome», l’installation réalisée au Lokal-int de Bienne est une œuvre qui illustre l’état de la culture en temps de pandémie: les espaces culturels ne sont pas une denrée jugée nécessaire.

Des galeries visibles uniquement de l’extérieur, c’est le credo à l’entame de l’année 2021. Dédié à l’art contemporain, le Lokal-int doit faire preuve d’imagination, avec une exposition par semaine, la rocade s’effectuant le jeudi, avec des peintres et des sculpteurs, mais aussi des vidéastes et des musiciens.

Votre opinion