Football - «Pour les Français, on est des charlots»
Publié

Football«Pour les Français, on est des charlots»

A la veille des retrouvailles entre la Suisse et les Bleus, le rendez-vous de Bucarest attise les passions. Plusieurs personnalités, parmi lesquelles Gabet Chapuisat, évoquent les chances helvétiques de créer – ou non – l’exploit.

par
Nicolas Jacquier
Shaqiri, Freuler & Cie ne partiront pas favoris lundi soir contre les champions du monde. Un possible excès de confiance des Bleus pourrait toutefois servir les intérêts helvétiques.

Shaqiri, Freuler & Cie ne partiront pas favoris lundi soir contre les champions du monde. Un possible excès de confiance des Bleus pourrait toutefois servir les intérêts helvétiques.

freshfocus

Michel Pont, ancien coach assistant de la Nati

«Le moment idéal pour faire quelque chose de grand»

En tant qu’assistant, Michel Pont a appartenu au staff de l’équipe de Suisse entre 2001 et 2014.

En tant qu’assistant, Michel Pont a appartenu au staff de l’équipe de Suisse entre 2001 et 2014.

Freshfocus

«Après la déroute contre l’Italie, le match contre la Turquie a montré qu’il n’y avait pas de malaise profond dans cette équipe de Suisse, qui a su parfaitement réagir. Psychologiquement, le groupe s’est libéré, il monte en puissance. Quand Shaqiri est au top, cela change beaucoup de choses. Je suis convaincu qu’il y a un bon coup à jouer, surtout si l’on parvenait à ouvrir le score. Il n’y a pas de raison que la Suisse ne fasse pas ce que la Hongrie a réalisé contre les Bleus.

»Que les Français nous prennent de haut est la meilleure chose qui puisse nous arriver, cela va fouetter encore davantage notre orgueil. Quand il s’installe, l’excès de confiance est un élément difficile à chasser... Cette fois, il ne faudra simplement pas jouer petits bras, on l’a déjà assez fait par le passé.

»C’est le moment idéal pour faire quelque chose de grand. Cette génération a dix ans de vécu ensemble. C’est maintenant qu’un déclic doit se produire. On a les moyens de mettre nos amis français dans la m… Je suis assez confiant pour une grande performance suisse. Une victoire 3-2 n’est nullement utopique.»

Vincent Sasso, défenseur français du Servette FC

«On s’envoie des piques, on va se chauffer jusqu’au coup d’envoi»

Depuis son arrivée à Genève le 1er juillet 2019, Vincent Sasso a disputé 59 matches sous les couleurs du Servette FC.

Depuis son arrivée à Genève le 1er juillet 2019, Vincent Sasso a disputé 59 matches sous les couleurs du Servette FC.

Freshfocus

«Dans l’équipe, il y a pas mal de Bleus (ndlr: Servette compte une dizaine de Français dans ses rangs). Alors forcément, ça chambre un peu dans le vestiaire. On s’envoie de part et d’autres des piques, c’est plutôt sympa. Depuis quelques jours, il y a comme une petite compétition entre nous. On va se chauffer jusqu’au coup d’envoi. Après, certains de mes coéquipiers vont être déçus… Ce qui est cool, c’est que l’on pourra regarder le match tous ensemble puisque l’on sera en camp d’entraînement à Crans-Montana à partir de lundi.

»Je pense que la France est logiquement favorite en raison de son statut de champion du monde. La Suisse possède une belle équipe mais cela ne sera pas suffisant. La France se doit de passer si elle veut aller au bout et réussir le doublé Coupe du monde et Euro. Les Bleus vont s’imposer 2-0, désolé pour mes amis suisses…»

Christophe Bonvin, ancien international

«Cette fois, les tirs au but vont nous sourire»

Durant sa carrière, Christophe Bonvin a joué au FC Sion (on le voit ici en 1995 contre  le FC Zurich) ainsi qu’à Servette et à Neuchâtel Xamax. 

Durant sa carrière, Christophe Bonvin a joué au FC Sion (on le voit ici en 1995 contre le FC Zurich) ainsi qu’à Servette et à Neuchâtel Xamax.

Freshfocus

«C’est vrai, on avait battu la France au printemps 1992 à la Pontaise et j’avais même inscrit les deux buts d’un match dans lequel avait aussi joué un certain Didier Deschamps. Je me souviens que Roy Hodgson (ndlr: qui avait entamé son mandat de sélectionneur avec deux défaites) n’était pas au mieux avant ce rendez-vous amical. J’espère que les gars l’emporteront et qu’à l’avenir, on cessera ainsi de m’appeler systématiquement avant un match contre la France! Là, vous me sortez de ma petite retraite (Rires)

»Pour créer l’exploit, il faudra tenter quelque chose. Je leur donne une chance si les Suisses prennent des risques. S’ils visent le 0-0 et de simplement tenir, c’est foutu… Tout le monde, et surtout les Français, pensent que les Bleus sont extrêmement forts. En théorie, oui bien sûr… Mais pas sur ce qu’ils ont montré jusque-là. La Suisse a autant de chances de gagner contre la France que toutes les fois où elle ne l’a pas fait précédemment. Cela ne m’empêche pas d’y croire modérément, à l’inverse de mes enfants, qui se moquent gentiment de ma tenue de l’époque quand ils revoient les images.

»A condition de ne pas nous refaire le même coup que contre l’Italie, la Suisse peut créer l’incroyable surprise. Je miserais assez sur un match nul 1-1, et une victoire aux penalties. Cette fois, les tirs au but vont nous sourire. Qui sait, c’est peut-être un Euro pour la Suisse…»

Sandy Maendly, internationale du Servette-Chênois FC

«Pour réussir un truc, la Suisse devra sortir le match parfait»

Sandy Maendly estime que la Suisse possède ses chances.

Sandy Maendly estime que la Suisse possède ses chances.

Freshfocus

«On ne peut que se réjouir d’une telle affiche. J’estime que la Suisse joue mieux quand elle n’a pas à porter l’étiquette de favori. Voilà qui tombe bien. L’équipe semble sur une bonne dynamique. Quoi qu’il se passe, même en abandonnant le jeu aux Français, elle se créera des occasions, qu’il s’agira alors de transformer. Embolo peut avoir un rôle capital à jouer.

»Il est aussi question de rivalité de part et d’autre de la frontière. A Genève, on entend souvent les Français, ils sont juste à côté! (Rires) Je pense que la différence est moins énorme que ce que beaucoup prétendent. Pour réussir un truc lundi, la Suisse devra malgré tout sortir le match parfait et espérer que son adversaire ne soit pas au top. Moi-même, je n’ai jamais gagné contre les Françaises…

»Un pronostic? Si j’écoute mon cœur, je dirais 2-1 pour la Suisse. Si je suis ma tête, plutôt 2-0 pour la France…»

Gabet Chapuisat, consultant blue Sports

«Je pense qu’on va leur mettre deux goals

Pour Gabet Chapuisat, ici lors de son passage au FC Sion en 2007, la Suisse aurait tort de ne pas y croire.

Pour Gabet Chapuisat, ici lors de son passage au FC Sion en 2007, la Suisse aurait tort de ne pas y croire.

Freshfocus

«Forcément, on est loin d’être favori, sans doute aurait-il fallu tomber sur l’Allemagne. On paie notre dernière demi-heure ratée contre le Pays de Galles. On connaît la méthode Deschamps. Ce n’est jamais très convaincant mais ça passe. Devant et au milieu, il y a quand même de grosses qualités individuelles. Il faudra être très intelligent pour contrer la vitesse de Mbappé.

»Cela dit, ce n’est pas des extraterrestres non plus. Les Bleus ne se sont pas baladés jusque-là, ils ont même souffert contre la Hongrie. La France a des soucis sur les côtés, il faudra en profiter. Il n’est pas impossible que les Français nous prennent de haut, quand bien même ils s’en défendent. Pour eux, on est des charlots. Dans leur tête, l’affaire est réglée. Ils se voient déjà en quart de finale.

»Sur 10 matches contre la France, on en perd huit, il y a un nul et l’on en remporte un. Le coup reste jouable, à condition d’oser. Il faudra être téméraire. Je pense qu’on va leur mettre deux goals même si je redoute qu’à l’arrivée, la Suisse s’incline 3-2.»

Votre opinion