Amérique du Sud – Pour l’ONU, la violence menace les accords de paix en Colombie
Publié

Amérique du SudPour l’ONU, la violence menace les accords de paix en Colombie

L’ONU appelle le gouvernement colombien à «mieux utiliser les mécanismes» prévus par les accords de paix conclus avec la guérilla des FARC, face aux «énormes menaces».

En 60 ans, le conflit en Colombie a fait plus de neuf millions de victimes, incluant morts, disparus et personnes déplacées. (Image d’illustration)

En 60 ans, le conflit en Colombie a fait plus de neuf millions de victimes, incluant morts, disparus et personnes déplacées. (Image d’illustration)

AFP

La détérioration de la sécurité en Colombie, qui touche «de manière disproportionnée» les autochtones et les Afro-Colombiens dans certaines régions du pays, représente un «défi considérable» pour les accords de paix, a affirmé jeudi l’ONU lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

Face aux «énormes menaces» auxquelles sont confrontées les régions soumises à des violences «disproportionnées», le gouvernement et les institutions colombiennes doivent «mieux utiliser les mécanismes» prévus par les accords de paix conclus il y a environ cinq ans avec la guérilla des FARC, a précisé le chef de la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie, Carlos Ruiz Massieu.

Parmi ces mécanismes figure la protection des anciens combattants ayant déposé les armes, a-t-il rappelé, ajoutant qu’au moins 296 d’entre eux avaient été tués par des groupes illégaux et des organisations criminelles.

Effort budgétaire

La violence vise aussi les défenseurs des droits humains, a déploré le responsable de l’ONU, en réclamant par ailleurs un effort budgétaire du gouvernement pour financer l’application des accords de paix. Entre 2017 et 2020, seulement 65% du budget consacré au respect des accords a été dépensé, selon l’ONU.

Les autorités ne doivent ménager aucun effort pour accélérer l’accès à la terre et aux logements pour les anciens guérilleros, a indiqué Carlos Ruiz Massieu. L’accès à «la terre est un facteur fondamental pour consolider le processus de paix», a-t-il estimé.

La vice-présidente et ministre des Affaires étrangères de la Colombie, Marta Lucía Ramírez, a rappelé que le gouvernement avait déboursé 118 millions de dollars (109 millions de francs) qui ont profité à 13’216 anciens combattants de la guérilla qui ont rendu leurs armes. Deux millions, a-t-elle dit, ont été consacrés à l’achat de terres. En 60 ans, le conflit en Colombie a fait plus de neuf millions de victimes, incluant morts, disparus et personnes déplacées.

Trois ex-combattants des FARC assassinés en une semaine

Trois ex-combattants de la rébellion colombienne des FARC ont été assassinés en une semaine en Colombie, ont dénoncé les dirigeants de cette formation, devenue parti politique depuis son désarmement avec la signature de l’accord de paix de 2016. Le parti Comunes impute ces décès au président conservateur Iván Duque, dont il dénonce le «manque de volonté et d’engagement en faveur de la pleine application» de l’accord.

Le gouvernement et le parquet, de leur côté, pointent du doigt la guérilla guévariste de l’Armée de libération nationale (ELN) et les dissidents des FARC qui se sont retirés de l’accord de paix, ainsi que les gangs de narco-trafiquants.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires