Conseil fédéral: pour l’UDC, aucune des candidates du PS ne convient

Actualisé

Conseil fédéralPour l’UDC, aucune des candidates du PS ne convient

Le groupe de l’UDC a décidé de ne choisir aucune des deux candidates socialistes. Pareil Chez Les Vert.e.s pour les candidats UDC. La liberté de vote s’impose quasi partout. Le PS attend demain.

par
Eric Felley
Céline Amaudruz (UDC/GE), vice-présidente de l’UDC, et Thomas Aeschi (UDC/ZG) à l’heure de la conférence de presse mardi en fin d’après-midi.

Céline Amaudruz (UDC/GE), vice-présidente de l’UDC, et Thomas Aeschi (UDC/ZG) à l’heure de la conférence de presse mardi en fin d’après-midi.

lematin.ch

Après les avoir auditionnées la semaine dernière, le groupe UDC des Chambres fédérales ne s’est pas déterminé pour l’une ou pour l’autre des candidates socialistes au Conseil fédéral, ont fait savoir ce mardi en fin d’après-midi la vice-présidente du parti, Céline Amaudruz (UDC/GE), et le chef du groupe aux Chambres, Thomas Aeschi (UDC/ZG).

Ni la Jurassienne Élisabeth Baume-Schneider, ni la Bâloise Eva Herzog ne se sont démarquées du programme du PS sur les questions de fond pour l’UDC: la politique européenne, la politique de l’asile, la neutralité ou encore la politique de l’énergie. «Aucune des candidates n’a dévié de la ligne du parti pour se rapprocher de nos positions», a regretté le Zougois à la veille des élections au Conseil fédéral de ce mercredi.

Cependant l’UDC, qui présente également deux candidats mercredi – Albert Rösti et Hans-Ueli Vogt – s’est dit attachée à la concordance au Conseil fédéral. Ses élus voteront librement pour l’une ou l’autre des candidates en fonction de leur choix personnel, mais pas en dehors du ticket.

Des candidats UDC peu appréciés à gauche

Chez les Vert.e.s et les socialistes, les deux candidats présentés par l’UDC ne sont pas non plus bien notés. Pour Lisa Mazzone (V/GE), ni l’un ni l’autre ne correspondent «aux valeurs écologistes et humaines» chères à leur parti. Le groupe laisse donc la liberté de vote à ses membres, jusqu’à ne choisir aucun des deux. Le groupe socialiste reporte sa décision à mercredi matin, mais assure qu’il votera sur le ticket de l’UDC.

Le Centre et le PLR laissent le libre choix

Selon la formule consacrée, le chef du groupe du Centre, Philipp Matthias Bregy (C/VS), a déclaré à l’issue des auditions de l’après-midi, que les deux candidates du PS et les deux candidats de l’UDC étaient parfaitement «éligibles». Le groupe laisse donc le libre choix à ses membres de voter en leur âme et conscience.

Le PLR a auditionné mardi les deux candidates socialistes. Le chef du groupe, Damien Cottier (PLR/NE), a fait part de la position du groupe. Estimant qu’elles avaient les qualités requises pour occuper un siège au Conseil fédéral, il laisse la liberté de vote à ses membres, tout en mettant «le Parti socialiste face à ses responsabilités» en cas d’élection d’Élisabeth Baume-Schneider et de surreprésentation latine au Conseil fédéral. «Le déséquilibre régional ainsi créé ne pourra avoir lieu que pour une courte période de transition», précisent le PLR et le Centre.

Les Vert’libéraux soutiennent Eva Herzog

Les Vert’libéraux ont, eux, choisi sur le ticket socialiste. Ils soutiendront Eva Herzog: «Elle a convaincu par sa compréhension des besoins de la place économique suisse, ainsi que de l’importance de nos relations avec l’Union européenne», justifient-ils dans un communiqué. Par contre, concernant le ticket UDC: «Les voix des Vert’libéraux se répartiront entre les deux candidats». Par la même occasion, les Vert’libéraux disent reconnaître «le droit de l’UDC à maintenir son second siège, mais remettent en question celui du PS. Le PVL déplore la consolidation des rapports de force sur la base d’une formule magique dépassée, un an avant les élections».

Ton opinion

21 commentaires