Coupe du monde: Pour qui tenir maintenant, quand on est supporter de la Suisse?

Publié

Qatar 2022Pour qui tenir maintenant, quand on est supporter de la Suisse?

Les Helvètes se sont arrêtés en 8e de finale du Mondial 2022 de football. Lematin.ch a tenté de trouver aux supporters de Xherdan Shaqiri, Yann Sommer et compagnie une sélection de substitution pour la fin du tournoi qatari. Faites votre choix en deux volets.

par
Robin Carrel
Un supporter déçu. Qui choisira-t-il pour la fin?

Un supporter déçu. Qui choisira-t-il pour la fin?

AFP

Cette fois c’est bon, on a à peu près eu le temps de digérer l’élimination de l’équipe de Suisse. Tous les joueurs de Murat Yakin sont rentrés et vont reprendre leur train-train quotidien dans leurs clubs européens respectifs. On reparlera du 4-2-3-1 ou 4-3-3 ou 3-5-2 transformable en 5-4-1 du sélectionneur dans quelques mois, sur la route de l’Euro 2024, qui qualifiera 24 des 55 nations du continent et qui verra les Helvètes aller chercher leur qualification in extremis face aux cadors que sont Israël, la Roumanie, le Kosovo, la Biélorussie et Andorre (et Andorre, c'est la petite Principauté, hein. Pas Andor, le type de Disney + et de la préquelle du film Rogue One, une des 432 histoires dans le domaine de Star Wars).

En attendant, et puisqu’on ne va pas encore gagner celle-là de Coupe du monde, il faut bien se trouver un substitut, s’arroger une deuxième nationalité, pour pouvoir vibrer encore quelques jours, d’ici à la finale de dimanche prochain. On vous donne quelques pistes pour faire un choix éclairé, en deux épisodes.

Et pourquoi ne pas être pour la Croatie?

Le Ballon d’Or 2018.

Le Ballon d’Or 2018.

AFP

Faire le choix des Croates, ça viendrait de votre côté romantique. Déjà, dans votre rare fan-zone qui a survécu aux interdictions locales - c’est vrai que c’est mieux politiquement de promouvoir les bougies parfumées venues de Chine sur les marchés de Noël que du football aux relents gaziers -, au bistrot ou en famille, vous auriez une classe folle avec le maillot à damier de la sélection de Zlatko Dalic. Et puis soutenir un pays de moins de quatre millions d’habitants au milieu des superpuissances du jeu de ballon, ça a du panache. Il y a aussi l’effet Luka Modric (37 ans), forcément, dont les dernières transversales dans la compétition doivent être placées rapidement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ca voudrait aussi dire que le Brésil a pris la porte… Et on connaît la capacité de l’être humain à se nourrir de Schadenfreude. Une larme de Neymar ou un sanglot de Thiago Silva, c’est des milliers de sourires ailleurs sur la planète.

Et pourquoi ne pas être pour le Brésil?

Les plus anciens des lecteurs du Matin sont logiquement restés crochés avec de l’auriverde dans le cœur. De Pelé à Ronaldo (le vrai), de Garrincha à Zico et Romario, en passant impérativement par Socrates et Vavá, le «Joga Bonito» a bercé des générations d’amoureux du ballon rond. Aujourd’hui, l’heure est davantage au pragmatisme, aussi dans le jeu des Brésiliens, mais l’inspiration géniale et la virgule balle au pied ne sont jamais très loin. Et puis il y a les danses et tout ce folklore qui va avec… Il ne faut pas non plus négliger le fait qu’ils sont favoris du tournoi pour les bookmakers et ça, les jeunes qui se baladent avec le haut de jogging de Chelsea et le bas de training du PSG, ils aiment bien. Donc si vous voulez arriver à la Noël en famille et pouvoir vous gargariser que «vous avez toujours été pour le Brésil», qu’«on a gagné» et qu’«elle est là la sixième étoile», trouvez-vous une arrière grand-mère brésilienne ou n’hésitez pas à clamer que «vous étiez allé à Copacabana six jours en 2007 et que vous vous êtes sentis un peu comme chez vous».

Et pourquoi ne pas être pour les Pays-Bas?

Ah les marées de supporters en orange qui envahissent tous les pays où un Batave est susceptible de briller. Rappelez-vous de l’Euro 2008 en Suisse, où la moitié de vos potes fans de foot était allée picoler dans les rues de Bâle pour défiler et boire des canons au milieu de la marée orange… Là aussi, devenir Néerlandais l’espace de quelques heures vous permettra d’étaler votre culture footballistique à l’heure de l’apéro, réexpliquer pour la 32e fois le maillot à deux bandes de Johan Cruyff et mimer la volée de Marco van Basten contre la Russie. Les chantres du football total sont bien plus pragmatiques cette année et ça ne vous déplairait pas qu’ils gagnent enfin, même si c’est au terme de contre-attaques cliniques. «On se rappelle de l’étoile, pas de la façon de gagner. Regarde la France!», direz-vous. Il ne faut pas négliger aussi que d’aller klaxonner en ville à la gloire des Hollandais serait un juste retour des choses. Qui n’a pas actionné son avertisseur plus que de raison derrière une caravane aux plaques jaunes et noires, dans les lacets en Valais ou en Ardèche, hein?

Et pourquoi ne pas être pour l’Argentine?

Vous voulez faire partie de l’histoire? L’Albiceleste est votre meilleure opportunité. Diego Armando Maradona avait emmené son pays au titre mondial en 1986 au Mexique et si Lionel Messi (35 ans) veut être à peu près son égal – même s’il n’aura jamais le charisme qui va avec -, il n’a pas le choix: c’est cette année ou jamais. Le «Parisien» pourrait ainsi définitivement distancer Cristiano Ronaldo dans la guéguerre des monstres actuels et ça peut aussi être un critère décisif pour certains d’entre vous, je vous connais. Il y a aussi le fait qu’être pour l’Argentine, c’est affirmer son côté mauvais garçon et apprécier les tacles de boucher. C’est peut-être un peu moins vrai cette année, mais avec Otamendi, Tagliafico, Romero, Foyth, Paredes et compagnie, on n’est pas à l’abri de passer des bons moments et de voir les cartons brandis à tire-larigot dans le ciel qatari. Parce que sérieux, franchement, ça manque quoi. Un Mondial avec seulement deux expulsions avant les quarts de finale, ça ressemble à quoi? Sans oublier la «hype» argentine, un peuple qui n’a en tous cas pas boycotté cette Coupe du monde, ni au pays ni sur place, et vit enfin un Mondial en été au pays, alors qu’en Europe on pleure nos habituels matches en terrasse.

Parmi cette sélection, vous allez plutôt supporter…

Ton opinion