Publié

AthlétismePour Swiss Athletics, 2022 doit rimer avec glorieux

La Fédération suisse d’athlétisme nourrit de grosses ambitions pour la saison en extérieur à venir, laquelle sera marquée par les Championnats du monde et d’Europe.

par
Chris Geiger
(Ittigen)
Avec son palmarès exceptionnel, Mujinga Kambundji est la tête d’affiche de l’athlétisme suisse.

Avec son palmarès exceptionnel, Mujinga Kambundji est la tête d’affiche de l’athlétisme suisse.

AFP

L’appétit vient en mangeant dit le proverbe. Cet adage, Swiss Athletics l’a bien adopté. L’organe faîtier aurait d’ailleurs tort de s’en priver, lui qui vit ses heures de gloire. Avec quatre places de finaliste aux Jeux olympiques de Tokyo et douze médailles décrochées aux divers championnats internationaux juniors, l’année 2021 n’a-t-elle pas été celle de tous les superlatifs pour la Fédération suisse d’athlétisme? 

Cette dernière entend surfer sur cette vague du succès pour la saison en extérieur à venir, qui sera marquée par les Championnats du monde et ceux d’Europe. Chef de la performance à Swiss Athletics, Philipp Bandi a dévoilé, lundi à Ittigen, les objectifs fixés pour ces deux grandes compétitions qui se dérouleront, pour la première fois de l’histoire, la même année.

La délégation helvétique, qui s’envolera à Eugene (Etats-Unis) pour disputer les Mondiaux entre le 15 et le 24 juillet, se chiffrera à 28 personnes, staff compris. Un nombre qui grimpera même à 55 athlètes pour les Européens de Munich (du 15 au 21 août), où les Suisses devront faire mieux que les cinq médailles décrochées en 2016 à Amsterdam.

Des jeunes avides de succès

Pour y parvenir, Swiss Athletics pourra compter sur des chefs de file d’ores et déjà en grande forme. Mujinga Kambundji, championne du monde sur 60 m, Simon Ehammer, médaillé mondial d’argent en heptathlon, et Loïc Gasch, vice-champion du monde à la hauteur, ont hissé haut les couleurs du pays en mars dernier lors des Mondiaux en salle de Belgrade. 

Avec ces trois ambassadeurs, Swiss Athletics se dit «confiant» de vivre un été glorieux. Il ajoute être «satisfait de pouvoir bénéficier d’une belle densité à haut niveau» et que «de nombreux jeunes, avides de succès, pointent le bout de leur nez derrière les têtes d’affiche». Ces dernières auront la possibilité de s’aligner régulièrement en Diamond League, en particulier à Athletissima (26 août) et lors des finales du Weltklasse (7 et 8 septembre).

Votre opinion