Football - Pour Thomas Grimm, il faut monter à 30 clubs en Swiss Football League
Publié

FootballPour Thomas Grimm, il faut monter à 30 clubs en Swiss Football League

L’ancien patron de la SFL explique pourquoi il se présente ce vendredi à l’élection qui doit désigner le successeur de M. Schifferle. Sa proposition choc? Une formule à 14 + 16. Interview d’un candidat qui dérange.

par
Nicolas Jacquier
Ancien président d’YB, Thomas Grimm a déjà dirigé la Swiss Football League entre 2009 et 2011. Le voici qui tente un audacieux come-back.

Ancien président d’YB, Thomas Grimm a déjà dirigé la Swiss Football League entre 2009 et 2011. Le voici qui tente un audacieux come-back.

freshfocus

Thomas Grimm, qu’est-ce qui vous a convaincu de venir (re)frapper à la porte?

La conviction que les choses doivent urgemment changer. Or depuis dix ans, rien n’a vraiment bougé. Je pense être le mieux placé pour incarner cette nécessité d’insuffler un nouveau souffle. Je me considère comme le candidat de l’alternative. Et si je devais être élu, alors oui, les choses vont changer.

«Je sais que ma candidature déplaît à certains clubs. Mais je sais aussi que d’autres s’en félicitent»

Thomas Grimm, candidat au poste de président de la SFL

Vos adversaires ne manquent pas de rappeler votre présidence. Comment espérer les contrer?

Le fonctionnement même de la Ligue n’est plus le même pour ce qui est de ses structures. Désormais, le mandat du président concerne aussi les choix stratégiques et le contrôle. Si son cahier des charges n’avait pas évolué, je ne me serais d’ailleurs jamais lancé.

Vous partez néanmoins de très loin…

J’ai lu dans un document de la Ligue que M. Studhalter pouvait se prévaloir du soutien de 12 clubs. Je trouve cela bizarre, la Ligue aurait dû rester neutre. Si l’élection est déjà jouée, dans ce cas, pourquoi voter? Je sais que ma candidature déplaît à certains clubs. Parce que je dérange, je sens de la résistance. Mais je sais aussi que d’autres clubs s’en félicitent. Je suis certes proposé par Schaffhouse mais je suis le seul candidat indépendant, sans lien avec un club. Je possède aussi de solides connexions à l’international.

Vous évoquez la nécessité d’un changement. En cas d’élection, quelle serait la priorité de votre présidence?

Il faut sans délai modifier la formule du championnat, qui a fait son temps depuis bien trop longtemps déjà. Le modus actuel fonctionnait il y a 10 ans, cela n’est plus le cas aujourd’hui. On le voit avec notre coefficient UEFA et l’absence de clubs suisses en Ligue Europa.

«Il n’y a pas lieu de refaire de savantes expertises. Sinon, on en sera toujours au même point dans dix ans!»

Thomas Grimm, candidat au poste de président de la SFL

Votre solution?

On ne peut pas continuer d’organiser un championnat de Super League où la moitié des clubs sont chaque année concernés par la relégation. Il convient d’augmenter le nombre des clubs à 30 en Swiss Football League (ndlr: contre 20 avec le modus actuel), avec une Super League à 14 et une Challenge League à 16. Mais il faut surtout le faire rapidement. A mes yeux, il n’y a pas lieu de refaire de savantes expertises ni de multiplier les rapports. Sinon, on en sera toujours au même point dans dix ans!

Que retenez-vous de votre expérience à Kiev qui vous a notamment vu diriger la Premier League ukrainienne à partir de 2018?

Les circonstances n’étaient pas faciles, il fallait aussi composer avec les luttes d’influence. Mais ce dont je suis sûr, c’est que même avec des petits pas, on peut faire avancer de grands projets.

Elections, mode d’emploi

Quand: vendredi 19 novembre à partir de 9 heures, à la maison du Sport à Ittigen (BE).

Qui peut voter? Les 20 clubs composant la Swiss Football League.

Trois hommes pour un fauteuil. Trois candidats briguent la succession de Heinrich Schifferle, président de la SFL depuis 2011: l’avocat Philipp Studhalter, présenté par le FC Lucerne et favori désigné, le promoteur lucernois Walter Baumgartner (SC Kriens, club qu’il préside) ainsi que le juriste bernois Thomas Grimm (proposé par le FC Schaffhouse), qui a déjà occupé le siège entre 2009 et 2011.

Comité de la SFL (9 membres). Pas moins de 12 candidats ont fait acte de candidature. A savoir Michele Campana (Lugano), Werner Baumgartner (Kriens), Ancillo Canepa (Zurich), David Degen (Bâle), Wanja Greuel (YB), Matthias Hüppi (Saint-Gall), Stefan Wolf (Lucerne), Urs Egger (membre indépendant, proposé par GC), Kathrin Lehmann (membre indépendante, proposée par la SFL). Les intérêts romands sont défendus par Jean-François Collet (Xamax), Marco Degennaro (Yverdon) et Richard Feuz (Servette).

Scrutin: La majorité absolue des suffrages est requise lors du 1er tour, puis majorité relative lors d'un éventuel second tour. La modification des statuts a entraîné une nouvelle clé de répartition. Ainsi, au moins deux membres doivent être issus de clubs de Suisse romande/italienne et au moins deux de clubs de Challenge League…

Votre opinion