Pour un cinéaste jurassien rentré de Russie, tout est à refaire

Publié

Guerre en UkrainePour un cinéaste jurassien rentré de Russie, tout est à refaire

Le réalisateur Antoine Cattin a quitté sa seconde patrie avec ses enfants et sa caméra.

par
Vincent Donzé
Réalisateur établi à Saint-Pétersbourg, Antoine Cattin est de retour dans le Jura suite à la guerre en Ukraine, avec une plaquette de la rue de Kronverk, la couronne de défense autour de la forteresse Pierre-et-Paul à Saint-Pétersbourg.

Réalisateur établi à Saint-Pétersbourg, Antoine Cattin est de retour dans le Jura suite à la guerre en Ukraine, avec une plaquette de la rue de Kronverk, la couronne de défense autour de la forteresse Pierre-et-Paul à Saint-Pétersbourg.

lematin.ch/Sébastien Anex

Le choix d’une langue, pendant ses études de lettres à Lausanne: voilà ce qui a conduit Antoine Cattin en Russie, où il a fait sa vie avec femme et enfants. «Lance-toi, c’est la langue du futur», lui a conseillé un copain à l’époque. C’était en 1994, juste après la chute du communisme…

Jurassien de Corban très à l’aise dans une langue synthétique avec ses préfixes et ses postfixes, Antoine a réalisé un mémoire en histoire du cinéma russe… Il s’est, comme il dit, «russifié» lors de ses séjours. Il n’a pas eu besoin de longtemps pour lire en cyrillique «La Dame au petit chien» d’Anton Tchekhov.

«Champ des possibles»

Dans son habit d’assistant-réalisateur en mode Super 8, il a profité d’une bourse en 1998, puis d’une autre, pour effectuer ses premiers stages à St-Pétersbourg, la cité des tsars qui deviendra sa ville de cœur, pas seulement pendant les nuits blanches.

«La Russie incarnait à mes yeux le champ des possibles: une page s’écrivait avec la fin de l’Ancien-Monde communiste», raconte Antoine Cattin. L’étudiant était déjà assoiffé de nouveaux formats: «Le ciné à l’uni était historique, castrateur», assène-t-il.

«Vent du changement»

Son premier grand projet cinématographique, Antoine Cattin l’a consacré en 2002 au cinéaste Alexeï Guerman, cinéaste soviétique et russe mort en 2013. Avec un papa des Franches-Montagnes et une maman du Liechtenstein, Antoine parle russe avec un accent si minime qu’on le croit venu d’un pays balte. Dans sa famille d’accueil lors de son premier séjour en Russie, à Koursk, chez une babouchka, il devient ainsi le «neveu d’Estonie»…

Le soir, il buvait des bières locales de Koursk, les «Pikour», et il se réchauffait à la flamme du Soldat inconnu. C’était l’époque où prendre une photo d’une tête de cochon au marché conduisait au poste de police. Dans un pays où le Kremlin lui a vite paru corrompu, Antoine a rencontré plein «de gens merveilleux».

Un extrait du film «Jours de fête»

Un extrait du film «Jours de fête»

DR

Depuis les premières manifestations de l’opposition russe en 2012, Antoine a suivi et documenté ces mouvements libéraux dirigés contre la Russie de Poutine. Longtemps plein d’espoir d’être le témoin d’un «vent du changement», comme le chantait Viktor Tsoï pendant la perestroïka (ndlr: réformes menées par Mikhaïl Gorbatchev), le Jurassien a petit à petit déchanté.

Avec le recul, avec la guerre, Antoine Cattin a perdu presque tout espoir: «Il n’y a plus d’idéologie en Russie, seule la société de consommation a triomphé». Selon le cinéaste, «ce manque d’idéologie devrait éviter à la Russie de suivre les sirènes fascistes du passé», mais «la répression politique s’intensifie au pays, pendant que les canons font rage en Ukraine». Vu de Suisse, c’est encore pire, selon lui: «Plus personne ne veut entendre parler de la Russie».

«Étau du Kremlin»

Antoine Cattin est nostalgique d’un pays «mal exploité politiquement», où «la liberté était totale» pour qui savait se l’approprier. Il se dit qu’un quart des Russes soutiennent Poutine, qu’un quart le conteste et que la moitié «n’en a rien à cirer».

Son dernier film «Jours de fête», financé par la Suisse, raconte la Russie de ces cinq dernières années. Chaque fête nationale russe se termine par une descente de police. «On sent l’étau du Kremlin se resserrer sur la société», résume le cinéaste.

Des quatre personnages principaux, deux partent finalement pour l’Ukraine: l’un pour soutenir l’effort de guerre, l’autre pensant y trouver du réconfort. Tournées quelques mois avant le début de la guerre, ces images sont prophétiques.

Antoine Cattin va devoir refaire sa vie, avec sa caméra et ses filles, une placée chez sa cousine et l’autre chez sa sœur. Ils sont rentrés en Suisse avec tous les moyens de transport publics disponibles, sauf le bateau: un bus de Saint-Pétersbourg à Helsinki, avec en prime six heures pour passer la frontière, puis un avion pour Genève, suivi du train.

En ce moment, Antoine cherche à produire des informations dans un format qu’il estime compatible avec la presse helvétique ou française. Des news «pas formatées», comme il dit. Il veut filmer «la vie prise sur le vif», le concert d’une fanfare, une kermesse de vigneronnes, la manif des membres d’une ZAD…

Propos du réalisateur

«En 2012, j’ai travaillé au projet «Le terme». Le nom faisait allusion au nouveau terme présidentiel de Poutine, qui commençait en mai 2012. Centré sur les mouvements d’opposition politique à Moscou, le projet a vite pris la forme d’une série web quotidienne. Chaque jour, du printemps 2012 à la fin de l’année, nous avons publié des petites vidéos de 3 à 7 minutes, relatant les événements politiques au quotidien, ou brossant les portraits vivants des leaders de l’opposition (Navalny, Nemtsov, etc.). Ces nouvelles ont été publiées sur une chaîne YouTube créée à cette occasion et comptabilisant plus de 10 millions de vues. Suite à des pressions politiques, le projet a été fermé».

«Ces dix dernières années, j’ai réalisé des sujets d’actualité, notamment pour le site de «Radio Free Europe». Le dernier en date, tourné une semaine après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, relate une manifestation anti-guerre réprimée par les forces de l’ordre à Saint-Pétersbourg».

«Il y a certainement plein de sujets à couvrir ici, même si «l’Occident rassasié», comme on dit en Russie, est évidemment plus stable et plus prévisible. J’aimerais aussi continuer de réaliser des projets de documentaires, voire de fictions, puisqu’il y a tant aujourd’hui de Zones à Défendre dans un monde en plein bouleversement, des guerres aux réfugiés en passant par la crise du climat ou celui des institutions publiques. Ce qui m’intéresse et que j’essaie de transmettre en images, c’est toujours l’histoire des gens, la vie dans toutes ses manifestations les plus absurdes et inattendues…».

Ton opinion

25 commentaires