Hockey sur glace – Pourquoi les Aigles et les Lions sont sans mordant
Publié

Hockey sur glacePourquoi les Aigles et les Lions sont sans mordant

Mal en point en National League, Genève et Lausanne s’affrontent ce jeudi soir aux Vernets (coup d’envoi à 19h45). Cinq experts analysent le début de saison raté des deux clubs ennemis.

par
Chris Geiger
Mathieu Vouillamoz (à gauche) et Ronalds Kenins s’apprêtent à croiser le fer ce jeudi aux Vernets.

Mathieu Vouillamoz (à gauche) et Ronalds Kenins s’apprêtent à croiser le fer ce jeudi aux Vernets.

Eric-Lafargue

Laurent Meunier: «Le départ de Malgin a laissé un grand vide»

«C’est sûr qu’on ne s’attendait pas à ce début de saison de deux équipes qui étaient respectivement en demi-finale et en finale la saison dernière. Il y a eu de nombreux changements au niveau du contingent et du coach staff à Lausanne, ce qui peut expliquer cette mise en route un peu lente et cette inconstance. Je suis plus surpris du côté de Genève car l’équipe a conservé une certaine stabilité. On aurait ainsi pu penser qu’elle reparte sur la dynamique de la finale. C’est donc assez surprenant de retrouver ces deux équipes là où elles sont. On peut d’ailleurs facilement constater le manque de confiance au sein de ces deux formations sur certaines séquences. Je ne pense donc pas qu’une victoire dans ce derby va coïncider avec un déclic de l’une ou l’autre équipe.

Genève a dû composer avec quelques blessures importantes, notamment celles de son capitaine Noah Rod et de Tanner Richards. On connaît l’importance de ces joueurs et ce début de saison a encore démontré que l’équipe était dépendante de ces deux piliers. Les Aigles paient aussi leur fébrilité défensive. L’arrière-garde est plus faible que ces dernières années et les gardiens ne sont plus là pour réparer les erreurs. Ils concèdent donc plus de buts et c’est compliqué de gagner dans ces conditions.

Lausanne se cherche un peu offensivement. Les Lions se créent beaucoup de tirs: ils ont d’ailleurs l’une des moyennes les plus élevées de la Ligue. Ça dépend toutefois de la qualité des tirs et de l’efficacité des joueurs. Les étrangers vaudois ne performent également pas comme on pouvait s’attendre d’eux. Finalement, le départ de Denis Malgin a laissé un grand vide au sein du compartiment suisse. Il n’a pas vraiment été remplacé, même si Benjamin Baumgartner est un très bon joueur en devenir. Il faut toutefois lui donner un peu de temps pour qu’il s’acclimate à son nouveau club.»

Pronostic: Genève-Lausanne 3-2 ap

Denis Malgin fait désormais les beaux jours de Zurich.

Denis Malgin fait désormais les beaux jours de Zurich.

Claudio Thoma/freshfocus

Alain Miéville: «Il faut laisser du temps aux étrangers du LHC»

«J’ai assez de vécu pour dire qu’il faut laisser du temps aux étrangers du LHC. Certains joueurs ont beaucoup plus de facilité à s’adapter, d’autres jouent 25 premiers matches extraordinaires puis disparaissent… Mark Barberio, qui ne répond pas totalement aux attentes, a été blessé, l’entraîneur a également mis en place une rotation au sein de la légion des mercenaires. Ça prend du temps, mais c’est clair qu’au point de vue du talent, ce ne sont pas les mêmes étrangers que lors du dernier exercice. En revanche, ils apportent peut-être d’autres choses que des joueurs comme Charles Hudon. Si les dirigeants pensaient avoir engagé des étrangers qui ne font que des points, alors les mercenaires ne répondent effectivement pas aux attentes. A l’exception des étrangers de Langnau, qui connaissaient déjà la Ligue, aucun mercenaire ne surperforme.

Le problème offensif de Lausanne est surtout lié aux joueurs suisses arrivés durant la trêve estivale. Ces derniers ne répondent pas aux attentes. L’exemple de la troisième ligne de Fribourg-Gottéron est la parfaite illustration de ce qu’il manque actuellement aux Lions. En l’absence de Damien Riat, Jason Fuchs et Benjamin Baugmartner, trois joueurs suisses que le club vaudois a engagé pour marquer des buts, les joueurs supposés les remplacer n’ont pas du tout le même profil et ne vont jamais marquer 15 à 20 buts par championnat. Si Christoph Bertschy fait toujours ses points et que Tim Bozon est une bonne surprise, Ronalds Kenins n’est, lui, clairement pas là où il devrait être.

A Genève, la défense pose problème. Néanmoins, on attaque à cinq et on défend à cinq. Eric Fehr apportait d’ailleurs une certaine stabilité et n’a pas franchement été remplacé, surtout en l’absence de Marc-Antoine Pouliot. C’est un ensemble de choses, dont les blessures de joueurs cadres, qui font que Genève n’a pas encore trouvé la bonne alchimie. Mais il faut bien comprendre que ce n’est pas parce que cette équipe est allée en finale la saison dernière qu’elle le refera chaque année.»

Pronostic: Genève-Lausanne 1-3

Ronalds Kenins ne répond pas aux attentes.

Ronalds Kenins ne répond pas aux attentes.

Urs Lindt/freshfocus

Jérôme Bonnet: «Filppula? L’impression de voir un gars en fin de parcours»

«Lausanne, c’était mon gros point d’interrogation dès le début de la saison. Je ne suis malheureusement pas trop surpris de son classement actuel au vu des nombreux mouvements. Ça ne respire pas la stabilité dans toute l’organisation. Petr Svoboda veut faire place neuve et installer son équipe. L’ossature même de l’équipe a d’ailleurs été touchée. Je peux donc comprendre que ça prenne un peu de temps et j’attends plutôt un LHC qui joue le titre dans deux saisons.

Du côté des Aigles, j’étais le premier à penser que Valtteri Filppula allait reprendre le rôle qu’Eric Fehr occupait ces dernières saisons. Le Canadien était alors un leader dans le vestiaire et sur la glace: c’était vraiment un personnage. Avec le Finlandais, j’ai toutefois davantage l’impression de voir un gars en fin de parcours. On s’y attendait, mais je trouve que ça se voit un petit peu trop. C’est un joueur extraordinaire, qui a un bagage gigantesque, mais je n’ai pas l’impression qu’il apporte autant que ce que le club attendait. C’est d’ailleurs le risque quand tu signes des noms connus: soit il va être excellent et on t’applaudit, soit le joueur rencontre des difficultés et on est sceptique face à ton choix. Et tu ne peux pas donner à ces joueurs un second rôle: c’est pourquoi Valtteri Filppula doit être en tête d’affiche à chaque match.

L’autre aspect intéressant à suivre à l’avenir au niveau des étrangers servettiens est la séparation de la paire Sami Vatanen-Henrik Tömmernes. Ce dernier a clairement tout en main pour gérer sa défense et jouer aux côtés du Finlandais l’a certainement plus desservi qu’aider. Cette adaptation peut clairement être un plus pour Genève.»

Pronostic: Genève-Lausanne 3-2 ap

Valtteri Filppula est loin du niveau espéré.

Valtteri Filppula est loin du niveau espéré.

Claudio De Capitani/freshfocus

Geoffrey Vauclair: «Le gros problème du LHC est de se trouver une identité»

«On va être clair et net: Genève est à flot grâce à ses étrangers, qui sont au-dessus de la moyenne. A l’inverse, certains joueurs suisses connaissent un début d’exercice vraiment difficile, à l’image de Simon Le Coultre, Roger Karrer, Marco Miranda, Tyler Moy ou Joël Vermin. Ce dernier a néanmoins une circonstance atténuante car il est aligné au centre alors que ça n’en est pas un. On ne va pas se le cacher: à l’image de son équipe, Gauthier Descloux est aussi un peu moins bon que les dernières saisons. Il suffit de 5% de moins et ça se ressent tout de suite sur le résultat car le championnat est extrêmement serré.

Le problème est différent à Lausanne. Il y a eu beaucoup de discussions autour de l’équipe durant l’intersaison. Il y a des décisions surprenantes comme le départ tardif de Josh Jooris, qui était un joueur très apprécié dans le vestiaire. Il y a ensuite eu l’imbroglio autour de Joël Genazzi et de sa prolongation de contrat. Finalement, le club a perdu des snipers comme Charles Hudon ou Denis Malgin. La perte de ce dernier est d’ailleurs énorme car il s’agit d’un joueur capable de se décaler, de muer en sniper, mais aussi de beaucoup porter le puck et qui possède un superbe patinage. Les Lions ont perdu un joueur de classe internationale.

Si les étrangers du LHC sous-performent? Oui et non. Ça dépend ce qu’on attend d’eux. C’est clair qu’un Henrik Tömmernes et qu’un Daniel Winnik, deux joueurs dominants de notre championnat, ne sont pas à la Vaudoise aréna. D’un côté, c’est une chose positive pour les Suisses du LHC. Ils ont la possibilité d’avoir plus de temps de glace. Les étrangers sont certes très importants, mais il ne faut pas oublier que le niveau des joueurs suisses a extrêmement évolué. Il n’y a désormais plus cette différence qu’il y avait entre les joueurs suisses et étrangers il y a 10-20 ans. Le gros problème de Lausanne est plutôt de se trouver une identité. Je pense toutefois qu’elle est en train de venir gentiment.»

Pronostic: Genève-Lausanne 3-2 ap

Gianluca Mona: «A Genève, l’utilisation des étrangers pourrait être un souci»

«Lausanne rencontre une certaine irrégularité depuis le début de la saison. L’équipe vaudoise doit encore trouver le bon état d’esprit et la bonne cohésion d’équipe, mais c’est aussi vrai qu’elle a dû faire face à de nombreuses blessures et à des étrangers en deçà. J’avais placé beaucoup d’espoir sur Jiri Sekac à son arrivée. Il a malheureusement été décevant en début de saison, mais il commence à aller un peu mieux. En revanche, Philip Varone est une grosse déception. Je m’attendais également à plus de Cory Emmerton, alors que Michael Frolik vient à peine d’arriver. Il y a eu tellement de changements qu’il manque un esprit d’équipe. Je prends toujours l’exemple d’Ambri: les Tessinois ont des joueurs dix fois moins talentueux que la majorité des équipes, mais ils possèdent une culture du jeu. Les joueurs ont le même entraîneur depuis quatre ans, savent exactement comment jouer et mettent de l’intensité à chaque shift. J’ai l’impression que cette culture du sacrifice n’existe pas encore à Lausanne. Il faut toutefois laisser du temps aux Vaudois et se montrer patient.

Aux Vernets, l’utilisation des étrangers pourrait être un souci car Pat Emond utilise énormément ses deux défenseurs étrangers. Henrik Tömmernes et Sami Vatanen sont deux des trois joueurs les plus utilisés du championnat. Si on élargit la statistique, il y a même quatre Genevois - les quatre étrangers - parmi les onze joueurs les plus utilisés de la Ligue. L’entraîneur force donc énormément sur ses étrangers: je ne suis pas sûr que ce soit la bonne tactique sur le long terme. A l’image de Joël Vermin et de Noah Rod, d’autres joueurs suisses doivent prendre le relais. Mais ces derniers n’ont pas encore retrouvé la forme de la saison dernière.

Malgré la présence de deux défenseurs étrangers, les Aigles ont déjà encaissé près de 70 buts. Il y a donc un truc qui ne joue pas sur le plan défensif. Gauthier Descloux est également moins exceptionnel que la saison dernière. Il possède d’ailleurs un taux d’arrêt de moins de 90%, ce qui est faible. Il faut aussi souligner qu’il n’y a plus un certain Daniel Manzato qui était un deuxième gardien capable de suppléer le titulaire sans trop de souci et permettait à son équipe d’être en position de gagner. Stéphane Charlin est certainement un très bon gardien pour le futur, mais si le gardien titulaire a une petite baisse de régime, il n’y a plus grand monde pour le remplacer.»

Pronostic: Genève-Lausanne 2-3

Henrik Toemmernes est surutilisé par Pat Emond en ce début de saison.

Henrik Toemmernes est surutilisé par Pat Emond en ce début de saison.

Claudio De Capitani/freshfocus

Votre opinion