Hockey sur glace - Pourquoi ton équipe favorite va encore se planter en play-off
Publié

Hockey sur glacePourquoi ton équipe favorite va encore se planter en play-off

Cyrill Pasche, journaliste de Sport-Center, revient sur l'actualité du hockey suisse dans la chronique décalée «Hockey Inside».

par
Cyrill Pasche
«Les hockeyeurs sont vraiment des bons types»
(Hockey Inside est une chronique à prendre idéalement avec des pincettes. Elle ne reflète d’ailleurs pas nécessairement, voire pas du tout, la position de la rédaction et l’interprétation de son contenu n’engage que vous-mêmes.)

«Les hockeyeurs sont vraiment des bons types»
(Hockey Inside est une chronique à prendre idéalement avec des pincettes. Elle ne reflète d’ailleurs pas nécessairement, voire pas du tout, la position de la rédaction et l’interprétation de son contenu n’engage que vous-mêmes.)

Tu peux toujours compter sur Hockey Inside pour venir te porter la mauvaise nouvelle et doucher ton enthousiasme pile à temps avant le début des play-off.

Alors voilà, avant que tu t’enflammes inutilement, que tu te mettes à rêver de lendemains heureux, je vais tout de suite te dire pourquoi ton équipe favorite va encore se planter lamentablement maintenant que ça compte vraiment.

(p.s: pour les nombreux lecteurs alémaniques de Hockey Inside, ce qui suit ne vous concerne pas: comme c’est le cas depuis le dernier titre du HC La Chaux-de-Fonds en 1973, votre équipe saura, elle, répondre présent dans la course au titre.)

Hockey Inside, l’épisode des play-off. C’est parti:

Fribourg-Gottéron, 3e (dégagé vite fait bien fait par Genève, 6e): Christian Dubé a beau être le coach le plus élégant et le plus sympathique du pays, il n’en est pas pour autant le plus ingénieux. Parce que faut quand même reconnaître que toi et moi pourrions aussi coacher Gottéron. Il suffit pour cela d’appliquer la formule magique du coaching staff des Dragons quand il est question d’envoyer un bloc sur la glace: 1-2-1-2-3-1-2-1-2-4-1-2-3-1-2-3-1-2. Malheureusement, la carbonisation des joueurs-clé n’est pas un concept qui a fait ses preuves en play-off.

L’excuse qu’on te (re)servira: «L’objectif était de faire un Top 6, le reste n’était que du bonus».

Lausanne, 4e (dépassé contre Zurich, 5e): Cette alléchante série entre Zurich et Zurich Ouest est la plus indécise de toutes. Le principal adversaire du LHC? Le LHC lui-même, pardi! En bon patron, Petr Svoboda himself se chargera donc de faire couler le navire une bonne fois pour toute en tentant d’échanger des joueurs en cours de série, sans savoir que le règlement ne le permet pas. Evidemment, ce genre de démarche ne favorise pas la cohésion d’équipe et l’esprit de groupe en play-off… Quant au topscorer Denis Malgin, zéro point en quatre matches dans le «derby de la A1», il se justifiera de la sorte devant les médias: «Je n’aime vraiment pas être le centre de l’attention».

L’excuse qu’on te (re)servira: «Nous avons un plan sur cinq ans».

Genève-Servette (humilié par Fribourg-Gottéron): Comme tout le monde pouvait s’y attendre, Linus Omark est davantage le genre de joueur qui te permet de gagner une coupe Spengler plutôt que trois séries de play-off en National League. Même face à la défense en carton des Dragons, personnifiée par Dave Sutter, Jérémie Kamerzin ou encore Benjamin Chavaillaz, Omark ne converti plus un seul de ses dribbles. C’est donc dire à quel point le génie suédois est au fond du bac.

L’excuse qu’on te (re)servira: «C’est difficile de gagner une série en passant autant de temps en infériorité numérique», dira le capitaine Noah Rod, lui-même blessé ou suspendu «pour des broutilles», au sujet des trop nombreuses pénalités encaissées par les Aigles (et non pas au sujet de Linus Omark).

1. Si tu devais choisir cinq joueurs (deux étrangers max) et un gardien pour gagner des play-off, quels seraient-ils? Pendant que tu cogites, voici mon All Star Team des play-off 2021, avant même que ceux-ci aient commencé:

Gardien: Reto Berra (Fribourg).

Défenseurs: Henrik Tömmernes (Genève), Christian Marti (Zurich) ou Aurélien Marti (Zurich Ouest).

Attaquants: Sven Andrighetto (Zurich), Mark Arcobello (Lugano), Tristan Scherwey (Berne)

2. Le tweet du jour, peut-être même de l’année, vient de Genève.

Fribourg-Gottéron va-t-il terrasser Genève-Servette, comme le laisse sous-entendre le président fribourgeois, et filer tout droit vers son premier titre de champion de Suisse? C’est en tout cas la grande crainte de ce fan hospitalisé du GSHC (nom connu de la rédaction).

3. Le question du jour, probablement même de l’année. «Grosses Kino», diraient les Alémaniques:

«La bonne nouvelle ce soir, c’est que maintenant c’est les vacances?»

De Laurent Bastardoz, en direct sur MySports, à l’attaquant du HC Davos Valentin Nussbaumer, au bord des larmes après s’être fait éliminer par Berne en pré play-off. Sacré Lolo!

4. En parlant de Valentin Nussbaumer, n’a-t-on pas là un sérieux candidat à … l’équipe de Suisse en vue des prochains championnats du monde en Lettonie? Je dis oui, absolument, d’autant plus que Patrick Fischer nous réserve chaque année sa «surprise du chef». Le parcours en deux temps du Delémontain de 20 ans, qui a fermé bien des bouches y compris la mienne, est épatant: 22 matches, 0 but, 2 assists (10’09 de temps de jeu) avec le HC Bienne jusqu’à son échange à Davos le 11 janvier.

La suite? 18 points en 23 matches avec le HCD, dont 6 buts et 12 assists (temps de jeu: 17’26’’)! L’air des Grisons? Un maillot mythique floqué du «soixante-six»? Ou bêtement un talent enfin judicieusement mis en valeur et exploité? Perso, je pencherais plutôt pour la dernière hypothèse. Quoi qu’il en soit, c’était une sacrée connerie que de le laisser partir du HC Bienne…

5. Peut-on prolonger le contrat d’un entraîneur qui vient de se faire balayer par Rapperswil? Quel message envoie-t-on, et est-il possible de recoller les pots cassés la saison suivante? C’est la question à laquelle la direction sportive du HC Bienne doit désormais répondre au sujet de Lars Leuenberger.

L’entraîneur-dépanneur a fait du bon boulot et aurait d’ailleurs aisément qualifié son équipe pour les play-off dans une saison «normale» sans pré play-off (7e, 78 points). Reste que les deux derniers matches lui laissent une grosse, très grosse tache sur le smoking. Sans même parler de la gestion du cas Nussbaumer…

6. On ne peut en tout cas pas dire que Robin Grossmann n’a pas donné de sa personne pour le tournage de ce clip ma foi fort réussi. Peu importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse, ou bien? Sacré Robin, va!

7. Rien que pour ce tweet d’adieu à la Valascia déplacé, Lugano mériterait de se faire sortir en quatre matches par Rapperswil en quarts de finale des play-off.

8. Allez allez, bons play-off! Et surtout, du fond du coeur, que ton équipe favorite gagne le titre de champion de Suisse, hein!

Votre opinion