Football: Pourquoi Xamax doit encore y croire

Publié

FootballPourquoi Xamax doit encore y croire

Mal barré, le néo-promu s'impose comme le candidat No 1 à la culbute. Mais plusieurs raisons peuvent encore inverser ce sombre pronostic. LeMatin.ch vous énumère lesquelles.

par
Nicolas Jacquier
Michel Decastel reste l'homme de la situation pour le président de NE Xamax.

Michel Decastel reste l'homme de la situation pour le président de NE Xamax.

Eric Lafargue

Défait dimanche après-midi par Grasshopper (3-2), NE Xamax a retrouvé la place de lanterne rouge de Super League qu'il avait quittée une semaine plus tôt à Thoune. Un coup d'assommoir pour une formation neuchâteloise qui a mis plus d'une heure à se libérer de ses démons à domicile. Xamax est donc touché mais il n'est au demeurant pas encore coulé. A condition de ne pas laisser filer ses concurrents directs et de relever la tête quand il en est encore temps.

Le patron hausse le ton

C'est dire si la situation du néo-promu s'avère délicate et si Michel Decastel devra user de psychologie pour relancer une équipe mal en points. Le coach demeure l'homme de la situation et le restera. «Je ne vais pas m'en séparer, ce n'est pas le style de la maison, et il ne m'a pas remis sa démission.» Au lendemain d'un nouveau couac dommageable, Christian Binggeli est un président affecté. «On n'a pas d'excuses, on s'est sabordé nous-mêmes. On répète des choses qui ne me plaisent pas. Les joueurs n'ont pas été à la hauteur. Je leur en veux pour leur manque de combativité. Ils doivent arrêter de se cacher.»

Pourtant, au-delà des chiffres négatifs et d'un climat empreint de scepticisme, tout est loin d'être perdu. Encore faudra-t-il que le club de la Maladière s'en convainque lui-même. Plusieurs facteurs pourraient contribuer à l'y aider, que voici.

----------

1. Xamax n'est pas seul dans la gonfle

En s'inclinant dimanche chez lui contre GC dans le même temps où le FC Sion, son compagnon d'infortune, s'en allait gagner à Zurich, le club neuchâtelois a bien sûr réalisé la très mauvaise opération du week-end. S'il est aujourd'hui légèrement décramponné et seul à porter le bonnet d'âne de la Super League, rien n'est cependant définitivement perdu, à condition de savoir rebondir. Dans un championnat où les certitudes ne durent jamais très longtemps (excepté celles concernant YB), Xamax aurait tort de se croire déjà condamné. Une équipe comme Lugano est loin d'être sorti de la gonfle, alors que Lucerne, Grasshopper et Sion, en dépit de leur succès respectif, demeurent très fragiles. Limité en termes de qualité individuelle, Xamax doit obligatoirement retrouver sa force collective. Afin d'effacer ses échecs récurrents à domicile (Thoune, St-Gall, Lucerne et GC). «Ces matches-là, si on ne peut les gagner, on ne doit au moins pas les perdre», estimait justement hier Laurent Walthert.

----------

2. Nuzzolo va recevoir du soutien

Xamax, c'est, aujourd'hui encore plus que hier, Raphaël Nuzzolo, et personne d'autre. Avec déjà huit buts à son actif auxquels il convient d'ajouter six assists, l'attaquant est impliqué dans 78% des réussites du néo-promu. Mais comme il ne peut pas toujours tout faire… Seul au monde, Nuzzolo doit impérativement être mieux épaulé et recevoir pour cela plus de soutien. Doudin (2 buts, 4 passes décisives) a déjà montré qu'il pouvait être un parfait complément. On attend maintenant que les autres éléments offensifs suivent… Buteurs muets, Cicek et Ademi n'ont toujours pas enclenché leur compteur cette saison alors que Gaëtan Karlen (2 buts) n'était pas convoqué contre GC. S'il entend se sauver, Xamax ne pourra pas toujours s'en remettre aux seuls exploits de son No14. Cela nécessite une urgente prise de conscience collective.

----------

3. La Maladière peut redevenir une place forte

Tout le monde le sait : le maintien se joue d'abord à domicile. Or dans ce domaine, Xamax, qui faisait encore parler la poudre devant son public la saison passée (15 victoires et 2 nuls contre une seule défaite), ne fait plus peur à personne. A la Maladière, les Neuchâtelois ont déjà laissé filer seize points sur un total de 21. C'est évidemment beaucoup trop pour une équipe qui a obtenu plus de points en déplacement. Xamax doit trouver les ressources pour refaire de son stade une place forte, où les visiteurs savent qu'ils n'ont rien à espérer. Cela implique d'afficher une toute autre détermination, ceci dès le coup d'envoi. Et surtout d'oser regarder ses adversaires droits dans les yeux. Or comme tétanisé par l'importance de l'enjeu, Xamax a témoigné hier de beaucoup trop de respect face à un GC qu'il a contribué à relancer. Cela ne doit plus se produire. Faute de quoi…

Ton opinion