Justice: PPDA accusé de viols: «C’est de l’affabulation»
Publié

JusticePPDA accusé de viols: «C’est de l’affabulation»

Patrick Poivre d'Arvor était sur le plateau de «Quotidien» pour se défendre publiquement, pour la première fois.

Patrick Poivre d'Arvor lors de son passage dans «Quotidien» le mercredi 3 mars.

Patrick Poivre d'Arvor lors de son passage dans «Quotidien» le mercredi 3 mars.

Capture d’écran TMC

«Il ne s’est rien passé», «C’est de l’affabulation», a assuré Patrick Poivre d'Arvor, à la suite des révélations du «Parisien» en février dernier. Il explique «osciller entre la colère et la compassion» pour Florence Porcel, la femme qui l’accuse d’agression sexuelle. Le journaliste n’a toutefois pas voulu s’expliquer sur la nature de sa relation avec l’écrivaine. «Je n’ai jamais parlé de ma vie privée. La question que vous me posez, je la réserve aux enquêteurs si les enquêteurs jugent bon de me convoquer.» Il assure n’avoir «jamais eu de sa vie de relation forcée, sentimentale ou sexuelle» et affirme qu’il n’y a «rien de pire pour moi que de contraindre une femme à quoi que ce soit».

PPDA reconnaît toutefois que certains gestes étaient peut-être déplacés. «Ce comportement où il y avait des bisous dans le cou, ce comportement n’est plus accepté par les jeunes générations. Il est possible que des femmes ne vivent pas ça bien.»

«J’ai dû voir cette femme cinq ou six fois en dix-sept ans»

Il est ensuite revenu sur sa rencontre avec Florence Porcel. «Je lui ai fixé un rendez-vous et je l’ai vue peut-être un quart d’heure, vingt minutes. Cela s’est bien passé de manière cordiale, ensuite elle m’a envoyé une série de poèmes, j’ai senti que j’avais un peu troublé cette jeune femme. J’ai dû voir cette femme cinq ou six fois en dix-sept ans. J’ai rendu beaucoup service et je ne pensais pas un quart de seconde que la foudre allait me tomber dessus.»

Florence Porcel affirme avoir été abusée sexuellement par PPDA en 2004 et en 2009. Une enquête judiciaire pour «viols» est ouverte. PPDA a porté plainte, à son tour, contre Florence Porcel et plusieurs médias pour «dénonciation calomnieuse» et «diffamation». Aucune des deux parties n’a encore été entendue par les policiers.

(LeMatin.ch)

Votre opinion