Publié

Genève-2Premier face à face entre les délégations syriennes

Les deux camps opposés ont pour la première fois discuté ensemble. Ils ont parlé de l'envoi d'aide humanitaire dans le pays.

1 / 75
Staffan de Mistura a été choisi pour  succéder à Lakhdar Brahimi comme médiateur de l'ONU en Syrie. Il tentera de relancer un processus politique dans l'impasse depuis l'échec des négociations de Genève en février.(10 juillet 2014)

Staffan de Mistura a été choisi pour succéder à Lakhdar Brahimi comme médiateur de l'ONU en Syrie. Il tentera de relancer un processus politique dans l'impasse depuis l'échec des négociations de Genève en février.(10 juillet 2014)

AFP
L'opposition à Assad et le médiateur de l'ONU Lakhdar Brahimi ont affirmé toujours croire à une solution négociée en Syrie (27 février 2014)

L'opposition à Assad et le médiateur de l'ONU Lakhdar Brahimi ont affirmé toujours croire à une solution négociée en Syrie (27 février 2014)

AFP
Assad est montré du doigt par Washington pour avoir arrêté des proches d'opposants qui avaient participé à la conférence de paix Genève-2. (26 février 2014)

Assad est montré du doigt par Washington pour avoir arrêté des proches d'opposants qui avaient participé à la conférence de paix Genève-2. (26 février 2014)

AFP

Un porte-parole de l'opposition syrienne Louay Safi a affirmé samedi à Genève que l'opposition veut parler dès lundi de la transition politique. Les discussions sur des mesures humanitaires, samedi et dimanche, ne sont que «préparatoires».

«Le but principal des négociations, à partir de lundi, est de préparer la transition entre la dictature et la démocratie», a déclaré le porte-parole de l'opposition, s'exprimant à l'ONU devant la presse, après Lakhdar Brahimi.

Aide humanitaire

Le représentant spécial pour la Syrie Lakhdar Brahimi a affirmé avoir commencé à discuter de questions humanitaires samedi avec les deux délégations syriennes. L'envoi d'un convoi d'aide dans la vieille ville de Homs a été abordé.

Il a affirmé que la question de l'envoi d'un convoi d'aide humanitaire «à des gens affamés à Homs» est «un ballon d'essai» pour «tester les bonnes intentions du régime» de Damas. Dès lundi, il sera question, selon lui, de «la Syrie libre» dans le cadre du communiqué de Genève 1 et de la formation d'un Etat de droit.

La création de couloirs humanitaires était déjà prévue par Genève 1, a-t-il fait remarquer. «Il s'agit de sauver la Syrie de la destruction totale. Si nous n'arrêtons pas ce processus en ce moment, personne ne sera en sécurité en Syrie», a affirmé Louay Safi.

Peu de progrès

«Nous n'avons pas encore réalisé beaucoup de progrès, mais nous poursuivons nos efforts», a affirmé Lakhdar Brahimi lors de la conférence de presse à Genève. «Nous avançons un demi-pas l'un après l'autre», a-t-il précisé.

Il a indiqué avoir eu deux rencontres avec les deux délégations syriennes dans la même salle, pour la première fois samedi. Elles «se sont parlées directement, c'est un bon début, a-t-il dit.

La première rencontre a duré une heure le matin et la seconde deux heures l'après-midi. «Le matin nous avons eu une bonne discussion sur une feuille de route pour la semaine prochaine et l'après-midi nous avons commencé à discuter de questions humanitaires», a déclaré le représentant spécial.

(ATS)

Ton opinion