Espagne : première apparition publique pour un Juan Carlos diminué

Publié

Espagne Première apparition publique pour un Juan Carlos diminué

Se déplaçant à petits pas à l’aide d’une canne, soutenu par un assistant, l’ancien monarque a salué la foule sur le port de Sanxenxo, vendredi. 

Selon le palais royal, l’ex-roi a prévu de revenir désormais «régulièrement en Espagne». 

Selon le palais royal, l’ex-roi a prévu de revenir désormais «régulièrement en Espagne». 

AFP

Se déplaçant avec difficulté, l’ex-roi d’Espagne Juan Carlos a été acclamé vendredi, dans la localité portuaire de Sanxenxo, en Galice (nord-ouest), pour sa première apparition publique dans son pays depuis son départ en exil en août 2020.

«Vive le roi, vive l’Espagne»

Parti il y a près de deux ans aux Emirats arabes unis sur fond d’accusations de malversations, l’ex-monarque, âgé de 84 ans, est revenu pour la première fois en Espagne, jeudi soir, pour une brève visite de quelques jours qui a suscité des critiques dans le pays. Mais sur le port de Sanxenxo, où il doit assister ce week-end à une régate à laquelle participera le «Bribon», voilier avec lequel il avait été champion du monde, des dizaines de curieux l’ont acclamé et accueilli aux cris de «Vive le roi, vive l’Espagne».

Se déplaçant à petits pas à l’aide d’une canne, soutenu par un assistant, l’ancien souverain, visiblement ému, a salué la foule et posé devant les nombreux photographes présents. Il ne s’est en revanche pas exprimé. Juan Carlos Ier, qui avait abdiqué en 2014 sur fond de scandales, fera ensuite le déplacement lundi à Madrid pour voir son fils, le roi Felipe VI, et son épouse Sofia, avant de repartir le jour même à Abu Dhabi, où il a établi sa résidence.

Selon le palais royal, l’ex-roi a prévu de revenir désormais «régulièrement en Espagne» pour voir «sa famille et ses amis». Selon le maire de Sanxenxo, il reviendra dans cette localité au mois de juin.

Réputation ternie 

Cette brève visite de Juan Carlos intervient après que la justice espagnole a classé en mars les enquêtes pour corruption et blanchiment le visant. Mais les révélations sur l’origine opaque de sa fortune ont terni à jamais, dans une grande partie de l’opinion publique espagnole, l’image de cette figure adulée pendant des décennies pour avoir conduit la transition démocratique de l’Espagne, après la mort du dictateur Francisco Franco en 1975.

Le gouvernement du socialiste Pedro Sánchez – qui s’est opposé, selon les médias, à ce qu’il puisse séjourner au palais royal de la Zarzuela, la résidence officielle de Felipe VI – attend toujours de lui des «explications» sur sa conduite. Pour sa part, Felipe VI a clairement pris ses distances avec son père. Il avait ainsi décidé en mars 2020 de renoncer à son héritage et de lui retirer son allocation annuelle de près de 200’000 euros.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires