Pakistan: Premières funérailles des victimes du train incendié

Publié

PakistanPremières funérailles des victimes du train incendié

Au lendemain du terrible incendie de train qui a fait 74 morts au Pakistan, les premières victimes ont été enterrées. 40 personnes sont encore portées disparues.

Une explosion accidentelle de bonbonnes de gaz serait à l'origine de l'incendie.

Le Pakistan a commencé tôt vendredi à ensevelir les premières victimes du dramatique incendie d'un train de passagers alors que des dizaines de familles attendaient dans l'angoisse des nouvelles des disparus. L'accident a coûté la vie à au moins 74 personnes jeudi.

L'incendie, qui s'est déclaré jeudi matin à bord d'un train de passagers dans la province du Pendjab (centre), a choqué le pays, où les accidents ferroviaires sont pourtant fréquents. Il a été attribué par les autorités à l'explosion accidentelle de bonbonnes de gaz, alors que des passagers se préparaient un repas à bord du train.

40 personnes portées disparues

La plupart des victimes sont des pèlerins du sud du pays qui se rendaient à un grand rassemblement religieux annuel à Raiwind, près de Lahore (Est). Le train était en marche lorsque le feu s'est déclaré et plusieurs personnes ont péri ou se sont blessées à la tête en sautant du train en mouvement.

Trois wagons bondés ont été entièrement ravagés par les flammes et de nombreux corps sont carbonisés au point d'être méconnaissables, selon les autorités.

La ville de Mirpurkhas, dans le sud du pays, a été particulièrement affectée par la tragédie. Sur les quelque 74 personnes parties de cette ville pour participer au rassemblement religieux, huit ont péri, 24 ont été blessées et au moins 40 sont toujours portées disparues, a indiqué le commissaire adjoint de la ville, Attaullah Shah.

Ville en deuil

Les proches des victimes se sont rassemblés en pleine nuit au bureau, où se déroulaient l'accueil des corps et la remise des certificats de décès et autres procédures administratives.

Ils se sont précipités vers les ambulances à leur arrivée, pleurant et s'étreignant devant les dépouilles enveloppées de linceuls blancs.

Le premier enterrement, celui d'un mécanicien quadragénaire, s'est déroulé peu après les prières du matin et une centaine de personnes y ont assisté.

(ats)

Ton opinion