Publié

FrancePremiers pas en public pour un ourson polaire

Truffe noire et soyeux poil blanc, un ourson de 3 mois né dans le parc animalier Marineland d'Antibes a quitté hier sa tanière avec sa maman.

La petite femelle, un nounours de 20 kilos, avait un poids de moins de 1 kilo à la naissance, le 26 novembre vers 3h30. Son univers était jusqu'à lundi une tanière de trois mètres sur trois, formant un sanctuaire isolé de la moindre perturbation extérieure, sans lumière et sans interaction humaine, équipé d'un simple flux d'eau.

L'ourson a fait sa première sortie extérieure tôt lundi lorsque Flocke (flocon en allemand), la mère, a donné un coup de patte sur la porte de la tanière, montrant son désir de mettre un terme avec les beaux jours à son hibernation entamée fin octobre. Depuis sa naissance, l'ourson tétait dans la tanière le lait maternel très riche toutes les deux heures, grossissant à vue d'oeil, selon les soignants qui ont suivi avec émotion ses premiers mois grâce à des caméras infrarouges.

Flocke, prédatrice de 300 kilos, a réchauffé son petit entre ses pattes et sa tête. Elle l'a aussi pris délicatement dans sa bouche, retrouvant tous les instincts des femelles ours polaires.

Née en captivité au zoo de Nuremberg en 2007, Flocke avait, elle, été rejetée par sa mère et alimentée pendant un an par des soigneurs.

Raspoutine, le géniteur né à Moscou, n'a pas participé à l'éducation de l'ourson. Le parc animalier d'Antibes avait accueilli Flocke et Raspoutine en 2010, venus de Nuremberg, en espérant un accouplement et une naissance.

Un jeu concours va être lancé sur Facebook pour choisir le nom de l'ourson. L'habitacle des parents sur 2200 m2, avec des bassins d'eau douce et d'eau de mer à 14 degrés, ainsi que des grottes réfrigérées, a nécessité un investissement de 3,5 millions d'euros, selon Marineland.

Il existerait quelque 50 000 ours polaires sauvages sur la planète mais l'espèce est menacée en raison de la fonte des glaces. Marineland participe au Programme européen d'élevage pour la sauvegarde d'une espèce, en collaboration avec l'European Association of Zoos and Aquaria.

(AFP)

Votre opinion