Publié

SantéPrès de 200 médecins partent à l'étranger chaque année

Les raisons qui incitent les médecins suisses à partir à l'étranger dépendent pour beaucoup de leur niveau de formation. C'est surtout afin d'exercer leur profession qu'ils s'en vont.

Alors qu'il y a pléthore de certains spécialistes dans les villes d'une part, il y a pénurie de généralistes dans les campagnes d'autre part.

Alors qu'il y a pléthore de certains spécialistes dans les villes d'une part, il y a pénurie de généralistes dans les campagnes d'autre part.

Keystone

La recherche est nettement moins mentionnée comme but d'émigration. Moins de 8% ne va faire que ça. Beaucoup de médecins concilient en revanche l'exercice de la profession et la formation, parfois même la recherche également, comme près d'un quart des répondants, selon les résultats de l'enquête de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les médecins suisses qui partent à l'étranger se disséminent dans plus d'une vingtaine de pays, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, l'Australie et le Canada étant largement préférés. En matière de formation ou de recherche, les destinations les plus souvent citées sont les pays anglo-saxons, précise l'OFSP.

Les motivations les plus fréquemment évoquées pour justifier le départ à l'étranger sont l'accès à un nombre plus élevé de cas, ou encore les opportunités de formation et de carrière. Une culture professionnelle généralement plus favorables est aussi mentionnée.

Plus de la moitié des médecins quittant la Suisse prévoient de rester à l'étranger un an au moins. Un peu plus de 42% d'entre eux répondent plusieurs années et 17% une durée indéterminée. Ils sont plus de 21% à penser y rester entre six mois et une année et près de 18% moins de six mois.

(ats)

Votre opinion