France: Près de 300 djihadistes présumés arrêtés
Publié

FrancePrès de 300 djihadistes présumés arrêtés

Manuel Valls a rappelé les efforts du gouvernement afin de lutter contre la menace djihadiste, dimanche.

AFP

Près de 300 personnes impliquées dans des «filières terroristes» ont été arrêtées en France depuis le début de l'année, a déclaré samedi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

«C'est autant d'attentats évités», a-t-il ajouté. Environ 15'000 personnes sont «suivies» pour «radicalisation», a déclaré de son côté dimanche le premier ministre Manuel Valls.

Deux jours après le démantèlement d'une cellule djihadiste constituée de femmes, soupçonnées de préparer un attentat à Paris, M. Cazeneuve a assuré que la mobilisation des forces de sécurité et des services de renseignements était «maximale». «L'activité des deux dernières semaines nous a conduit à interpeller un nombre encore significatif d'acteurs qui sont engagés dans des filières terroristes», a-t-il expliqué.

«C'est autant de filières démantelées, c'est autant d'attentats évités», a-t-il ajouté. «Cela ne veut pas dire d'ailleurs que nous parviendrons à tout éviter.» Le ministre n'a toutefois pas précisé si ces interpellations avaient débouché sur des inculpations, des emprisonnements ou des remises en liberté.

Il a souligné que ces résultats ne devaient pas conduire les autorités françaises à relâcher leur vigilance, parce que «100% de précautions ne sont jamais le risque zéro».

Nouvelles statistiques

«On peut considérer - je comprends le poids de ces chiffres - qu'il y a à peu près 15'000 personnes qui sont suivies parce qu'elles sont dans un processus de radicalisation», a pour sa part affirmé Manuel Valls lors d'un entretien conjoint avec la radio Europe 1, la chaîne iTELE et le journal Les Echos.

Le premier ministre socialiste n'a pas précisé si ces personnes étaient suivies par les services de renseignement ou les services sociaux. Jusqu'ici, les autorités évoquaient environ 10'000 personnes fichées par les services de renseignement pour leurs liens avec la «mouvance islamiste».

Par ailleurs, «nous avons près de 700 djihadistes français et résidents en France, qui combattent actuellement en Irak et en Syrie», a-t-il rappelé, soulignant que ce chiffre incluait «275 femmes et plusieurs dizaines de mineurs». Toujours en Irak et en Syrie, où s'est établi le groupe EI, 196 djihadistes français et résidents ont été tués à ce jour, a-t-il dit.

La France, qui participe à la coalition internationale contre l'EI, a été visée par une série de sanglants attentats qui ont fait près de 240 morts depuis janvier 2015. Jeudi encore, les autorités ont assuré avoir déjoué une nouvelle attaque en arrêtant un «commando» de femmes «fanatisées» prêtes à passer à l'acte.

(ats)

Votre opinion