Actualisé

IndePrès de 3000 Sikhs manifestent à Genève

Les manifestants demandent à l'ONU d'enquêter sur les assassinats de Sikhs perpétrés en Inde en 1984. Ils veulent que le «génocide» soit reconnu.

1 / 13
Des milliers de manifestants Sikhs ont manifesté ce vendredi 1er novembre 2013 devant le Palais des Nations unies à Genève.

Des milliers de manifestants Sikhs ont manifesté ce vendredi 1er novembre 2013 devant le Palais des Nations unies à Genève.

Keystone
Les manifestants aux turbans multicolores sont venus de toute l'Europe et acheminés avec 90 autobus se sont massés sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU.

Les manifestants aux turbans multicolores sont venus de toute l'Europe et acheminés avec 90 autobus se sont massés sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU.

Keystone
Ils ont déposé une plainte à l'ONU et réclamé que le massacre commis il y a 30 ans jour pour jour en Inde soit reconnu comme génocide.

Ils ont déposé une plainte à l'ONU et réclamé que le massacre commis il y a 30 ans jour pour jour en Inde soit reconnu comme génocide.

Keystone

Les Sikhs qui ont manifesté à Genève, au nombre de 3000, ont déposé une plainte à l'ONU et réclamé que le massacre commis il y a 30 ans jour pour jour en Inde soit reconnu comme génocide.

Les manifestants aux turbans multicolores venus de toute l'Europe et acheminés avec 90 autobus se sont massés sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU. Le matin, une délégation a remis au Haut Commissariat aux droits de l'homme le dossier d'une procédure de plainte contre le gouvernement indien ainsi qu'une pétition munie d'un million de signatures.

Justice requise

«1984 oui c'est un génocide et nous demandons que justice soit faite», «Nations Unies reconnaissez le génocide des Sikhs en 1984», «Trois jours, 30'000 morts, zéro condamnation, ONU aidez-nous» affirmaient les pancartes brandies par les manifestants sur la place.

Ils accusent le parti du Congrès d'avoir planifié en novembre 1984 des attaques systématiques contre les Sikhs, à travers toute l'Inde. «Nous avons épuisé toutes les procédures en Inde et ces crimes restent impunis, voilà pourquoi nous nous tournons vers l'ONU», a expliqué Gurpatwant Singh Pannun, conseiller juridique du mouvement.

L'ONU doit enquêter

Lors de ces attaques, au moins 30'000 Sikhs ont été tués, 300'000 déplacés et de nombreux temples sikhs brûlés, par des membres du parti du Congrès et de la police indienne dans toute l'Inde, selon les manifestants.

Ils demandent à l'ONU «d'enquêter sur les assassinats délibérés, intentionnels et systématiques des Sikhs perpétrés à travers toute l'Inde pendant la première semaine de novembre 1984» et de reconnaître que ce massacre est un «génocide tel que ce crime est défini dans l'article 2 de la Convention de l'ONU sur le génocide».

Les Sikhs sont 20 millions en Inde, à 80% dans le Pendjab. La religion sikh est monothéiste et ne reconnaît pas le système indien des castes.

(ats)

Votre opinion