Alep: Près de 40'000 civils fuient l'offensive du régime

Publié

AlepPrès de 40'000 civils fuient l'offensive du régime

Les habitants de la région d'Alep ont fui vers la Turquie alors que le poste-frontière est fermé.

La ville d'Alep est quasi détruite après les bombardements.

La ville d'Alep est quasi détruite après les bombardements.

Archives, AFP

Près de 40'000 civils ont fui l'offensive du régime syrien au nord de la métropole septentrionale d'Alep qui a commencé en début de semaine, rapporte jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

D'après l'OSDH, ces habitants ont fui vers la ville kurde d'Afrine, plus au nord de la zone des combats entre régime et rebelles, ainsi que vers des régions frontalières de la Turquie. «Certains ont trouvé refuge dans des maisons mais des milliers de personnes se trouvent sans abri dans les champs autour d'Afrine, dans la région d'Azaz frontalière de la Turquie et à Atareb et Dar Ezzat au nord-ouest d'Alep», a indiqué le directeur de l'OSDH.

Ces déplacés ne peuvent pas entrer en Turquie car le poste-frontière est actuellement fermé aux réfugiés. «Ces personnes ont besoin d'une aide urgente de la communauté internationale», a ajouté M. Abdel Rahmane.

Avertissement turc

A Londres, où se tient la conférence des donateurs pour les réfugiés syriens, le premier ministre turc Ahmet Davutoglu, dont le gouvernement est opposé au régime syrien, a également fait part de son inquiétude vis-à-vis des milliers de personnes fuyant l'offensive de l'armée.

«Désormais, 10'000 réfugiés frappent à la porte de Kilis à cause des bombardements aériens et des attaques sur Alep», a-t-il souligné en référence à une ville turque à la frontière. Il a ajouté que «60 à 70'000 personnes dans les camps au nord d'Alep se dirigent vers la Turquie».

En trois jours d'offensive, le régime, soutenu par l'aviation russe, est parvenu à couper la principale route d'approvisionnement des rebelles entre la ville d'Alep et la Turquie, menaçant les insurgés de siège total dans l'ex-capitale économique de Syrie. Jeudi, au moins 21 civils, dont trois enfants, auraient péri dans des frappes russes sur six quartiers rebelles de la ville d'Alep dans le nord de la Syrie, toujours selon l'OSDH.

(ats)

Ton opinion