Publié

AngleterrePrès de 500 animaux morts à cause du zoo

Mauvais traitements et négligences graves ont conduit à la mort de centaines d'animaux, ainsi que d'une employée, dans un zoo britannique.

En 2013, une employée avait été tuée par un tigre de Sumatra suite aux manquements du zoo. (mercredi 1 mars 2017)

En 2013, une employée avait été tuée par un tigre de Sumatra suite aux manquements du zoo. (mercredi 1 mars 2017)

Twitter

Situé à Dalton-in-Furness (nord-ouest de l'Angleterre), le «South Lakes Safari Zoo» a perdu au cours des quatre dernières années 486 animaux, selon un document rédigé par des enquêteurs mandatés par le gouvernement britannique.

Les enquêteurs imputent notamment la responsabilité de ces décès à la gestion du propriétaire de l'établissement, David Gill, et recommandent qu'il soit poursuivi devant la justice.

Conditions de captivité choquantes

En 2016, le zoo comptait quelque 1.600 animaux. «Les conditions dans lesquelles ces animaux sont tenus en captivité sont franchement choquantes et ont directement conduit à la mort de nombre d'entre eux», affirme le rapport, citant pêle-mêle mauvais soins vétérinaires, manque d'hygiène ou encore régimes alimentaires inadaptés. Le document évoque les cas d'un kangourou roux mort à la suite d'un traumatisme crânien, et de six lionceaux en «bonne santé» euthanasiés parce que le zoo ne disposait pas de la place suffisante pour les accueillir.

Parmi les autres décès répertoriés figurent celui d'une tortue à éperons d'Afrique, électrocutée par une clôture électrique, ou d'une tortue léopard, morte de froid. Interrogés par les inspecteurs, les gardiens ont raconté avoir reçu pour instruction de se débarrasser des cadavres et de n'en parler à personne.

Tuée par un tigre

L'enquête a d'ailleurs souligné les manquements du propriétaire face au personnel, alors qu'une employée a été tuée en 2013 par un tigre de Sumatra, le zoo ayant été condamné ensuite au versement d'une amende de 255.000 livres (299.500 euros). M. Gill a récemment entamé des démarches pour obtenir une nouvelle licence d'exploitation, après qu'une première demande eût été refusée en juillet dernier par les autorités locales.

L'établissement restera ouvert dans l'attente de la décision, qui sera étudiée lundi, et que les inspecteurs souhaitent négative. «Les critères (de gestion) de David Gill sont bien en deçà de ceux requis pour un zoo moderne, et il est peu probable qu'il les remplisse» à l'avenir, estiment-ils.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!