04.09.2020 à 17:18

Suisse romandePrès de 1400 jeunes ont manifesté pour le climat

La Grève du climat a mobilisé environ 1400 personnes à Lausanne et à Genève vendredi après-midi. Les manifestants, surtout des jeunes, ont réclamé des actions concrètes contre les dérèglements environnementaux.

Pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, le mouvement de la grève du climat est descendu à nouveau dans les rues helvétiques vendredi après-midi.

Keystone

La Grève du climat à Lausanne a mobilisé environ 800 personnes, surtout des jeunes, ce vendredi après-midi. Ils étaient près de 600 à s’être rassemblés à Genève.

Les manifestants à Lausanne se sont donné rendez-vous à 14h00 à la gare pour défiler ensuite de manière bon enfant jusqu’à la place de la Riponne au centre-ville.

Le cortège a mis environ une heure pour monter jusqu’en direction du palais de Rumine sur un tracé balisé pour l’occasion et encadré par la police. Il a démarré devant la gare de la capitale vaudoise aux cris de «On est plus chaud, chaud, chaud que le climat».

Sur les banderoles et pancartes, on pouvait lire des slogans tels: «Je ne veux pas aller sur Mars», «Croissance infinie dans un monde fini», «Penser le changement pas changer le pansement» ou encore «Elu-e-s Bougez-vous le Q…I!» Dans le cortège relativement compact, pratiquement tous les participants portaient un masque, rendu obligatoire par les organisateurs.

«Les petits pas, ça suffit pas»

Emmenés par une vingtaine de personnes déguisées en clowns et dansant régulièrement un haka néo-zélandais revisité, les manifestants ont, eux, chanté à plusieurs reprises «Les petits pas, pas, pas, ça suffit pas», interpellant les élites politiques. À la hauteur de l’Hôtel Lausanne Palace, juste avant la place Saint-François, ils ont effectué un sit-in de quelques minutes.

Arrivé sur la place de la Riponne, le cortège s’est pacifiquement étalé devant les escaliers du palais Rumine, où quelques discours ont été prononcés. Aucun incident n’a été signalé, selon la police. Pour prolonger la grève au-delà de ce rendez-vous à Lausanne, les organisateurs avaient prévu aussi des actions et des rassemblements décentralisés à travers tout le canton de 17h00 à 18h00.

Environ 600 personnes à Genève

Environ 600 personnes ont défilé vendredi, en fin d’après-midi, dans les rues de Genève pour demander des actions concrètes contre les dérèglements climatiques. Beaucoup de jeunes ont pris part au cortège, qui avait une touche très féminine.

La banderole de tête annonçait la couleur, demandant de court-circuiter le système, pour favoriser une alimentation locale. Le tennisman Roger Federer en a pris aussi pour son grade à cause de son partenariat avec le Credit Suisse, la banque étant fustigée pour ses investissements dans les énergies fossiles.

Les manifestants se sont mis en marche près de la gare de Cornavin, se déclarant plus chauds que le climat. Le cortège a traversé le pont du Mont-Blanc, complètement interdit à la circulation pour l’occasion, avant d’embouquer les rues commerçantes. Les «grévistes» ont achevé leur parcours sur la plaine de Plainpalais.

Rassemblements dans 18 villes

Vendredi dans les rues helvétiques, les rassemblements se sont déroulés de manière pacifique. Ils n’ont que peu souvent dépassé les 500 personnes, n’atteignant ainsi sans doute de loin pas les 10’000 personnes au total dans tout le pays, selon Keystone-ATS.

Des cortèges ont défilé, principalement l’après-midi, à Berne, Fribourg, Zurich, Uster, Davos, Lucerne, Lausanne, Saint-Gall, Interlaken, Genève, Neuchâtel, Delémont, Schaffhouse, Altdorf, Bâle, Olten, Bienne ou encore à Winterthour.

C’est à Zurich que l’affluence a été la plus élevée, avec un peu plus d’un millier de personnes manifestant dans les rues en fin d’après-midi. Elles ont réclamé une baisse des émissions de CO2 et davantage de mesures pour protéger le climat.

À Fribourg, ce sont quelque 150 personnes, masquées aussi, qui se sont réunies sur l’emblématique place Georges-Python. Les organisateurs ont notamment présenté leurs revendications cantonales. Le mouvement Grève du climat Fribourg avait sinon concocté un programme comprenant musique, ateliers, repas et prestations artistiques.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!