Norvège: Près de onze ans après le massacre, les victimes de Breivik ont un mémorial
Publié

NorvègePrès de onze ans après le massacre, les victimes de Breivik ont un mémorial

Septante-sept colonnes, une par personne tuée par l’extrémiste norvégien en 2011, rendent hommage aux huit morts d’Oslo et aux 69 de l’île d’Utøya.

1 / 3
Septante-sept colonnes en bronze représentent chacune des personnes tuées dans les attaques d’Anders Behring Breivik le 22 juillet 2011.

Septante-sept colonnes en bronze représentent chacune des personnes tuées dans les attaques d’Anders Behring Breivik le 22 juillet 2011.

REUTERS
Le mémorial, situé près du quai où les passagers prennent le ferry pour Utøya (en arrière-plan), est en forme d’escalier, dessinant une grande courbe qui descend jusqu’à la mer.

Le mémorial, situé près du quai où les passagers prennent le ferry pour Utøya (en arrière-plan), est en forme d’escalier, dessinant une grande courbe qui descend jusqu’à la mer.

REUTERS
L’ex-première ministre Erna Solberg (tout à gauche), le prince héritier Haakon, l’ex-Premier ministre (au moment des attentats) et actuel secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg (au centre) et l’actuel chef du gouvernement, Jonas Gahr Støre (de dos), étaient présents pour l’inauguration du mémorial.

L’ex-première ministre Erna Solberg (tout à gauche), le prince héritier Haakon, l’ex-Premier ministre (au moment des attentats) et actuel secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg (au centre) et l’actuel chef du gouvernement, Jonas Gahr Støre (de dos), étaient présents pour l’inauguration du mémorial.

AFP

La Norvège a inauguré, samedi, un mémorial aux victimes des attentats commis, en 2011, par l’extrémiste Anders Behring Breivik: 77 colonnes en bronze représentant chacune des personnes tuées dans ses attaques. Des survivants, des proches des victimes, le Premier ministre Jonas Gahr Støre et le prince Haakon, prince héritier de Norvège, ont assisté à la cérémonie, près de onze ans après l’attaque la plus meurtrière qu’ait connue le pays en temps de paix.

«En tant que nation, nous avons besoin d’un lieu de mémoire. Un lieu qui nous rappellera à jamais tous ceux que nous avons perdus. Un lieu où nos enfants et petits-enfants peuvent apprendre ce qui s’est passé, les conséquences de l’extrémisme et de la haine», a déclaré le Premier ministre.

Le 22 juillet 2011, le Norvégien d’extrême droite avait d’abord fait exploser une bombe près du siège du gouvernement, à Oslo, faisant huit morts, puis tué 69 personnes, des adolescents pour la plupart, en ouvrant le feu sur un camp d’été de la Jeunesse travailliste sur l’île d’Utøya, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale.

Le mémorial, situé près du quai où les passagers prennent le ferry pour Utøya, est en forme d’escalier, dessinant une grande courbe qui descend jusqu’à la mer. À la base des marches, se dressent 77 colonnes en bronze, à la mémoire des 77 morts des deux attentats.

Le premier arc incurvé de la colonnade est orienté vers l’endroit où se trouvait le soleil lorsque la bombe a explosé à Oslo. Le deuxième est orienté vers l’emplacement du soleil au moment de la tuerie à Utøya.

De nombreux habitants vivant près d’Utøya avaient contesté en justice le projet de mémorial, souhaitant qu’il soit installé dans un autre lieu. Les plaignants, dont certains avaient participé aux secours le jour du massacre, estimaient qu’il risquait de raviver des souvenirs douloureux. En février 2021, un tribunal norvégien a rejeté la plainte.

Anders Behring Breivik, aujourd’hui âgé de 43 ans, a été condamné, en 2012, à 21 ans de prison avec possibilité d’extension. En janvier 2022, il a demandé sa libération après avoir purgé la peine minimale de dix ans pour pouvoir le faire, mais en février, un tribunal a rejeté sa requête, considérant qu’il représentait toujours un risque pour la société.

(AFP)

Votre opinion