Basketball: Présentation: à Neuchâtel, le temps de la reconstruction

Publié

BasketballPrésentation: à Neuchâtel, le temps de la reconstruction

Avant le début de la nouvelle saison de SB League, samedi, on continue notre tour d’horizon des sept clubs romands avec Union Neuchâtel.

par
Jérémy Santallo
L’entraîneur neuchâtelois Mitar Trivunovic va devoir recréer une alchimie au sein d’un groupe tout neuf.

L’entraîneur neuchâtelois Mitar Trivunovic va devoir recréer une alchimie au sein d’un groupe tout neuf.

Marusca Rezzonico/Freshfocus

On va l’écrire franchement: voir Union Neuchâtel retourner en finale des play-off de SB League, comme au printemps – défaite 3-0 dans la série contre Fribourg Olympic – relève de l’utopie. «Notre demi-finale gagnée contre Massagno et puis la finale, c’était vraiment inespéré pour nous», note André Prébandier, responsable de la communication à la Riveraine. Durant la trêve estivale, le club a perdu presque tous ses cadres suisses. À l’aube de la reprise du championnat, Mitar Trivunovic part avec une rotation raccourcie à 7 voire 8 joueurs. La question: d’autres se révèleront-ils?

Le joueur à suivre:

Avec 11 points et 4 rebonds en 30 minutes de moyenne lors du dernier exercice, Killian Martin a franchi un palier sous les ordres de Mitar Trivunovic. Au vu de la configuration de l’équipe cette saison, l’international suisse de 24 ans doit encore prendre une autre dimension. Selim Fofana et Bryan Colon partis, Killian Martin peut-il devenir le nouveau leader et visage d’Union? On le pense sincèrement mais il faudra pour cela que le nouveau capitaine du groupe soit épargné par les blessures. Ce qui n’a pas toujours été le cas.

Le contingent suisse:

En plus de Bryan Colon (Genève) et Selim Fofana (Monténégro), Noé Anabir (Genève) et Yoan Granvorka (Le Portel) sont également partis sous d’autres cieux. «Ces cadres étaient là depuis longtemps et ont beaucoup progressé chez nous, explique André Prébandier. Mais nous ne pouvions pas augmenter indéfiniment la masse salariale. On repart sur des jeunes qui ont une grande marge de progression.» Parmi eux, le prometteur Joanis Maquiesse. Le jeune arrière de 19 ans a fait le court déménagement entre Fribourg et Neuchâtel en quête de temps de jeu et de responsabilités. À ses côtés, on va aussi découvrir un ailier argentino-suisse en la personne de Juan Esteban de la Fuente (21 ans). Vigdon Memishi (213 cm) revient en provenance d’Olympic, Jonathan Gräser, Saban Mehic, Henri Chokoté et Silmy Joao Caputa sont toujours là. Pour tous ces jeunes, il est l’heure de se montrer.

Les étrangers:

Concernant les joueurs importés, les dirigeants neuchâtelois ont très tôt verrouillé une figure connue de la SB League avec Arkim Robertson. Pièce maîtresse de Lugano sous les paniers la saison dernière (18 points et 10 rebonds en moyenne par match), le pivot grenadien est une machine à chiffres et son profil apparaît comme très complémentaire de celui de Killian Martin. Sur le poste de meneur, Union a confié les clés de l’attaque à Nate West (24 ans), qui sort d’un exercice abouti en première division tchèque (17 points en 30 minutes). Troisième élément étranger, Dalan Ancrum (198 cm) semble plus à même d’évoluer sur le poste 4 qu’à l’aile.

Notre pronostic:

Union Neuchâtel terminera 7e de la saison régulière.

Les présentations précédentes:

- Les Lions de Genève visent un trophée

- Le BBC Nyon peut-il aller plus haut?

- Le BBC Monthey n’est pas plus ambitieux

- Le BC Boncourt a fait table rase du passé

- Vevey Riviera, néo-promu aux dents longues

Ton opinion