Basketball: Président accusé de critiquer ses joueurs via cinq faux comptes
Publié

BasketballPrésident accusé de critiquer ses joueurs via cinq faux comptes

Bryan Colangelo, président des Philadelphia 76ers, aurait créé plusieurs faux comptes Twitter pour blâmer sa propre équipe.

par
LeMatin.ch
Le président des Philadelphia 76ers Bryan Colangelo aurait utilisé des faux comptes pour critiquer publiquement ses joueurs.

Le président des Philadelphia 76ers Bryan Colangelo aurait utilisé des faux comptes pour critiquer publiquement ses joueurs.

AFP

Bryan Colangelo, président des Philadelphia 76ers, a-t-il créé et utilisé cinq comptes Twitter pour critiquer ses joueurs et son manager? C'est l'hypothèse du média américain The Ringer qui publie une longue enquête à ce sujet sur son site Internet.

Sur les différents comptes ciblés par l'enquête, on retrouve notamment des critiques contre le joueur star de la franchise Joel Embiid, des reproches par rapport au décision du coach et à celles du manager général des Sixers Sam Hinkie. A tout cela, il faut encore ajouter la diffusion de rumeurs et d'informations médicales concernant Joel Embiid et Markelle Fultz, le numéro 1 de la draft.

«Si c'est vrai, ça serait vraiment grave»

Alerté par une source anonyme des similarités linguistiques et comportementales de ces cinq comptes Twitter, The Ringer a demandé une réaction aux dirigeants de Philadelphie, ne citant que deux des cinq comptes.

Résultat: le président Bryan Colangelo a reconnu l'utilisation d'un des comptes (@Phila1234567 ) pour «surveiller les nouvelles et le secteur». Quelques heures plus tard, trois des cinq autres comptes mentionnés dans l'enquête avaient été basculés en mode privé.

Une affaire très embarrassante pour Colangelo qui intrigue évidemment les médias américains. ESPN révèle que le président des 76ers a appelé Joel Embiid crier au mensonge.

«Je lui ai parlé et il m'a dit qu'il n'avait pas fait ça. Il m'a appelé pour démentir l'affaire. Je dois le croire jusqu'à ce que le contraire soit prouvé. Si c'est vrai, cependant, ça serait vraiment grave», réagit le Camerounais.

Votre opinion