France: Prêtre assassiné: un suspect mis en examen

Publié

FrancePrêtre assassiné: un suspect mis en examen

Un homme en lien avec les tueurs a été écroué vendredi. Il avait été interpellé près de Toulouse.

1 / 52
L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun a donné une conférence de presse ce dimanche 2 octobre, avant la réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun a donné une conférence de presse ce dimanche 2 octobre, avant la réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

AFP
L'église de Saint-Etienne-Du-Rouvray ouvrira à nouveau ses portes ce dimanche 2 octobre 2016. Seules 200 personnes accréditées pourront entrer dans l'établissement. (30 septembre 2016)

L'église de Saint-Etienne-Du-Rouvray ouvrira à nouveau ses portes ce dimanche 2 octobre 2016. Seules 200 personnes accréditées pourront entrer dans l'établissement. (30 septembre 2016)

AFP
Les assassins du père Jacques Hamel à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (F), fin juillet, étaient en contact avec un Roannais de 29 ans, établi en zone irako-syrienne, selon L'Express. Ce dernier semble avoir «piloté» leur action. (Jeudi 18 août 2016)

Les assassins du père Jacques Hamel à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (F), fin juillet, étaient en contact avec un Roannais de 29 ans, établi en zone irako-syrienne, selon L'Express. Ce dernier semble avoir «piloté» leur action. (Jeudi 18 août 2016)

AFP

Un homme de 21 ans, qui a rendu visite aux tueurs du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray peu avant qu'ils l'assassinent, a été mis en en examen vendredi par un juge antiterroriste et écroué, a-t-on appris de source judiciaire.

Le suspect interpellé lundi près de Toulouse a été mis en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle», selon cette source. Il a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris.

Peu avant l'attentat du 26 juillet, cet homme avait rejoint la région de Rouen pour rendre visite aux deux tueurs du père Jacques Hamel, selon une source proche de l'enquête. Il était entré en contact avec l'un d'eux via Telegram, messagerie cryptée prisée des djihadistes .

(AFP)

Ton opinion