Au Cambodge, prière de laisser ces pénis en terre
Publié

CambodgePrière de laisser ces pénis en terre

Le ministère de l’environnement cambodgien s’est récemment offusqué que l’on puisse s’amuser avec des plantes menacées du fait de leur forme suggestive.

«Ce qu’elles font est mal» s’insurge le gouvernement.

«Ce qu’elles font est mal» s’insurge le gouvernement.

Facebook/Ministère de l’environnement cambodgien

Trois femmes, peut-être des touristes, en joie de cueillir des «Nepenthes bokorensis» dans la province de Kampot au Cambodge, ont mis tout dernièrement le ministère de l’environnement en émoi. Au point de manifester son agacement sur sa page Facebook, de publier des clichés des fautives et de prier sèchement toute personne tentée de cesser de s’amuser avec ces plantes carnivores menacées d’extinction. La raison de leur succès? Moins leur beauté que le fait de ressembler à un pénis humain.

«Merci d’aimer nos ressources naturelles, mais s’il vous plaît arrêtez d’arracher des fleurs qui seront ensuite perdues» est-il écrit, en précisant «Ce qu’elles font est mal, ne le faites plus à l’avenir».

Cette variété qui attire les insectes avant de les piéger dans un liquide digestif n’avait pas besoin de cet intérêt déplacé, l’extension des terrains agricoles et le tourisme dans des zones supposées être protégées se chargeaient déjà de menacer leur existence.

(lematin.ch)

Votre opinion