Genève: Prières sauvages en plein aéroport de Cointrin
Publié

GenèvePrières sauvages en plein aéroport de Cointrin

Des passagers à destination d’une ville arabe ont agi de manière ostentatoire dans le hall. Ces scènes seraient récurrentes. Les autorités confirment mais minimisent.

par
Frédéric Nejad Toulami
A Cointrin, des passagers surpris par un photographe, entre le portique de sécurité C1 et un restaurant.

A Cointrin, des passagers surpris par un photographe, entre le portique de sécurité C1 et un restaurant.

Le Matin/Reporter Mobile

La scène n’est pas passée inaperçue la semaine dernière. En plein hall de l’aéroport de Genève, des dizaines de passagers musulmans habillés de façon traditionaliste se sont alignés assis au sol pour prier, tournés en direction de la Mecque.

«J’ai été été surpris de voir ces actes religieux improvisés, entre le portique de sécurité C1 et un restaurant, raconte l’homme qui a pris une photo. Une trentaine d’hommes et de femmes priaient assez bruyamment avec des hauts parleurs, alors qu’une salle est à disposition dans l’aéroport pour cela.»

Selon des agents de sécurité sur place, ce type de scènes se produirait chaque semaine au même endroit, quelques heures avant le départ de certains vols à destination de villes arabo-musulmanes. Cet après-midi-là, des avions décollaient pour Dubaï, Marrakech et Jeddah… Responsable des relations extérieures de l’aéroport genevois, Sébastien Leprat confirme les faits et leur répétition. «En coordination avec la police, nous invitons régulièrement ces personnes à ne pas le faire dans la zone publique. Pour les passagers qui souhaitent s’adonner à la prière, si l’horaire le permet et qu’ils sont munis d’un billet d’avion, nous les invitons à rejoindre la salle de méditation qui se trouve après les contrôles de sûreté, ouverte à toutes les religions.»

Sébastien Leprat souligne qu’il n’est pas prévu de créer un second espace de recueillement dans la zone publique libre d’accès. Il déclare aussi que l’aéroport veille «à ce que de telles circonstances ne se reproduisent pas fréquemment, afin de ne pas gêner excessivement la circulation des passagers.» Des propos relativisés par un des agents sur place, qui requiert l’anonymat: «On n’ose pas intervenir de peur de provoquer des incidents avec ces individus ou de se faire ensuite traiter d’islamophobes.»

De tels actes ne se seraient jamais produits à l’aéroport international de Zurich, selon la porte-parole Rebecca Veiga. Elle rappelle qu’une aumônerie y existe depuis 20 ans, fréquentée par toutes les origines religieuses.

Des pratiques problématiques

L’aéroport de Genève a déjà dû faire face à un précédent gênant avec des musulmans pratiquants: certains de ses propres employés bagagistes.

Une trentaine d’entre eux s’étaient fait retirer leur badge d’accès au tarmac, en raison de forts soupçons d’appartenance à des courants extrémistes. Suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris, la France avait transmis des informations aux autorités genevoises.

De plus, un reportage du journal «Le Temps», en janvier 2016, décrivait une ambiance très tendue au sein de la structure aéroportuaire où travaillaient ces ex-employés d’origine maghrébine, car ils y imposaient leurs pratiques.

Votre opinion