Publié

CyclismePrimoz Roglic pour la passe de trois?

La Vuelta démarre samedi par un contre-la-montre à Burgos. Le champion olympique du contre-la-montre cherchera à remporter la boucle espagnole pour la troisième année de suite. Le parcours semble fait à sa mesure.

Primoz Roglic ajoutera-t-il une nouvelle ligne à son palmarès?

Primoz Roglic ajoutera-t-il une nouvelle ligne à son palmarès?

AFP

La Vuelta des cathédrales va-t-elle couronner son pape pour la troisième année consécutive? Le Slovène Primoz Roglic, fraîchement sacré champion olympique du contre-la-montre au Japon, aborde le Tour d’Espagne 2021 qui démarre samedi en position de grand favori à sa propre succession.

Comme la saison dernière, Roglic (Jumbo-Visma) s’aligne au Tour d’Espagne pour se venger d’un Tour de France gâché (abandon avant la 9e étape) et surfer sur sa performance au pied du mont Fuji fin juillet. En cas de victoire au terme des trois semaines de course entre Burgos et Saint-Jacques-de-Compostelle, capitale galicienne qui avait déjà sacré Alberto Contador en 2014, Roglic pourrait devenir le premier coureur à rafler trois Vueltas de rang depuis Roberto Heras (2003, 2004, 2005).

Et cette année, le parcours semble taillé pour lui, entre altitude et vitesse: onze étapes de relief (dont sept de montagne) et deux contre-la-montre individuels – lors de la première étape, samedi autour de Burgos, et lors de la dernière, aux alentours de la cité compostellane.

Gamoniteiru, grande première

Après une édition 2020 perturbée par la pandémie de coronavirus (repoussée à octobre-novembre 2020, raccourcie de 21 à 18 étapes, annulation des passages aux Pays-Bas, en France et au Portugal), les coureurs reviendront cette année à une formule classique de 21 étapes.

Il y aura toutefois une nouveauté: l’ascension du terrible Gamoniteiru, un col interminable de 15 km à 10-12% de pente moyenne qui culmine à plus de 1700 mètres, et que la Vuelta gravira pour la première fois de son histoire lors de la 18e étape.

Ce sera au lendemain d’une 17e étape déjà éreintante, qui s’achèvera en beauté près des magnifiques lacs de Covadonga (col hors catégorie), après deux ascensions du sommet de la Collada Llomena, elle aussi inédite sur le Tour d’Espagne. Deux étapes qui pourraient décider du sort de la course, avant les trois dernières étapes en Galice.

Bernal, Carapaz et Landa à l’affût

Face à Roglic, ici, il n’y aura pas de Tadej Pogacar. Mais même en l’absence du double lauréat sortant du Tour de France, la concurrence sera féroce. Egan Bernal (Ineos), vainqueur du Giro en mai, rêve de devenir le 10e coureur à remporter deux grands Tours la même année, un exploit que seuls Contador (Giro et Vuelta en 2008) et Christopher Froome (Tour de France et Vuelta en 2017) ont su réaliser au XXIe siècle.

Avec son sacre sur la Grande Boucle en 2019, Bernal pourrait même entrer dans le club très fermé des champions sacrés sur les trois grands Tours (Froome, Nibali, Contador, Gimondi, Anquetil, Hinault, Merckx), et deviendrait le plus jeune coureur à réaliser ce triplé, à seulement 24 ans.

Deux Suisses au départ

Il n’y aura que deux Suisses au départ de cette Vuelta 2021: Gino Maeder (Bahrain) et Johan Jacobs (Movistar). Le Bernois Gino Maeder voudra prouver à 24 ans qu’il est capable de s’illustrer sur les Tours de trois semaines, ce qui est son but à plus ou moins court terme. Mais il devra pour cela faire preuve de constance, sans quoi il ne parviendra jamais à terminer dans le haut du classement d’un grand Tour. / SC

L’autre principal rival de Roglic sera Richard Carapaz (Ineos), qui vient de décrocher la médaille d’or sur l’épreuve en ligne des JO, juste après avoir terminé le Tour de France sur la 3e marche du podium. Mais l’Équatorien devra sans doute se contenter d’un rôle d’équipier de luxe de Bernal sur cette Vuelta.

Parmi les outsiders, on compte notamment le Basque Mikel Landa, récent vainqueur du Tour de Burgos et bien entouré au sein de la formation Bahrain, ou le trio Valverde–Mas–Lopez pour la Movistar.

(AFP)

Votre opinion