Mossoul: Priorité à la «stabilité et la reconstruction»
Actualisé

MossoulPriorité à la «stabilité et la reconstruction»

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a déclaré à Mossoul la victoire de l'Irak sur la «brutalité» de l'Etat islamique.

1 / 112
Les Emirats arabes unis ont proposé de prendre en charge la reconstruction de la mosquée Al-Nouri et de son minaret penché emblématique de Mossoul. (Dimanche 11 mars 2018)

Les Emirats arabes unis ont proposé de prendre en charge la reconstruction de la mosquée Al-Nouri et de son minaret penché emblématique de Mossoul. (Dimanche 11 mars 2018)

AFP
Mossoul fête ce jeudi 14 décembre la victoire sur l'EI. Des milliers de policiers, militaires et une centaine de véhicules blindés ont défilé pour la délivrance et le retour à la vie normale. (14 décembre 2017)

Mossoul fête ce jeudi 14 décembre la victoire sur l'EI. Des milliers de policiers, militaires et une centaine de véhicules blindés ont défilé pour la délivrance et le retour à la vie normale. (14 décembre 2017)

Keystone
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre contre l'EI» en Irak. Les forces gouvernementales se battent depuis trois ans pour éliminer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du pays. (Samedi 9 décembre 2017)

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre contre l'EI» en Irak. Les forces gouvernementales se battent depuis trois ans pour éliminer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du pays. (Samedi 9 décembre 2017)

AFP

Haider al-Abadi, Premier ministre irakien, a proclamé lundi la victoire à Mossoul «sur la brutalité et le terrorisme» du groupe djihadiste, Etat islamique (EI), estimant qu'elle marquait l'«effondrement» de son Etat fictif.

S'exprimant dans un discours depuis Mossoul, la deuxième ville du pays reprise à l'EI après des mois de combats dévastateurs, Haider al-Abadi a également affirmé que les priorités de son gouvernement étaient désormais la «stabilité et la reconstruction».

Les forces irakiennes étaient engagées lundi dans de «violents» combats contre les derniers djihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans la vieille ville de Mossoul, a indiqué un commandant. La veille, le Premier ministre irakien avait annoncé une victoire assurée.

Le Premier ministre Haider al-Abadi s'était rendu dimanche dans la deuxième ville d'Irak. Il avait déclaré que la victoire était assurée mais qu'il allait attendre que la dernière poche djihadiste soit défaite pour l'annoncer officiellement. Lundi, Haider al-Abadi a de nouveau parlé de victoire. «Notre victoire aujourd'hui est une victoire sur la brutalité et le terrorisme, et j'annonce aujourd'hui au monde entier la fin, l'échec et l'effondrement de l'Etat terroriste fictif de Daech», a déclaré le Premier ministre, qui s'exprimait depuis l'ouest de Mossoul.

Selon le général Sami al-Aridhi, un commandant des forces du contre-terrorisme (CTS), les djihadistes ne contrôlent plus qu'un réduit de 200 m sur 100 m dans la vieille ville. «Ils (les djihadistes) crient: 'Nous ne nous rendrons pas, nous voulons mourir'», a-t-il affirmé.

Civils pris au piège

Mais «les opérations sont dans leur phase finale (...) et il est probable que (les combats) se terminent aujourd'hui», a-t-il ajouté. Pour ralentir la progression des forces de sécurité, l'EI se sert des civils encore présents dans leur réduit comme boucliers humains. Le général Aridhi a indiqué que ses troupes avaient été renseignées sur la présence d'entre 3000 et 4000 civils toujours pris au piège dans la poche djihadiste. Ce chiffre n'a pas pu être confirmé de source indépendante.

La reprise de Mossoul -dont les djihadistes avaient fait leur principal fief en Irak- est le plus important succès de Bagdad depuis que le groupe extrémiste sunnite s'était emparé en 2014 de vastes portions du territoire. Elle ne marque cependant pas la fin de l'EI dans le pays.

Reconstruire la ville

L'attention se porte désormais sur la tâche titanesque de reconstruire la deuxième ville du pays et d'aider les civils déplacés. Près d'un million de civils ont fui la ville depuis le début de l'offensive et 700'000 d'entre eux sont toujours déplacés, selon l'ONU. Des photos montrent l'ampleur des dégâts dans la vieille ville. Plus un toit ne semble tenir debout et nombre de bâtiments sont complètement aplatis, laissant présager que la reconstruction prendra du temps.

«C'est un soulagement que la campagne militaire à Mossoul approche de sa fin. Le combat est peut-être terminé mais la crise humanitaire ne l'est pas», a dit Lisa Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU pour l'Irak. Vingt-huit organisations humanitaires présentes en Irak ont demandé aux autorités de ne pas forcer les déplacés à rentrer chez eux et exhorté la communauté internationale à soutenir la reconstruction.

(AFP)

Votre opinion