Genève: Prison des Dardelles «indispendable» pour Pierre Maudet

Publié

GenèvePrison des Dardelles «indispendable» pour Pierre Maudet

Le conseiller d'Etat genevois a rappelé, à l'occasion du bilan 2016 de l'office cantonal de la détention, la nécessité de construire ce nouvel établissement de 450 places.

Il s'agit d'un enjeu majeur pour Pierre Maudet, qui a rappelé que Champ-Dollon a 40 ans et est dans «un état de vétusté avancé».

Il s'agit d'un enjeu majeur pour Pierre Maudet, qui a rappelé que Champ-Dollon a 40 ans et est dans «un état de vétusté avancé».

Keystone

Même si le problème de surpopulation carcérale à Champ-Dollon est pour le moment moins aigu que par le passé, la prison des Dardelles reste indispensable, aux yeux du magistrat chargé du département de la sécurité et de l'économie (DSE). Genève doit rattraper son retard en matière de places pour l'exécution de peine, a-t-il souligné.

Rénover Champ-Dollon

Le nouvel établissement, une fois construit, permettra aussi au canton de s'atteler à la rénovation de Champ-Dollon. Il s'agit d'un enjeu majeur pour M.Maudet, qui a rappelé que la prison a 40 ans et est dans «un état de vétusté avancé». Sans les Dardelles, il sera impossible de commencer les travaux à Champ-Dollon.

«Nous pourrions remplir les Dardelles rien qu'avec les détenus genevois en exécution de peine», a pour sa part relevé Philippe Bertschy, le directeur général de l'office cantonal de la détention (OCD). Genève doit aussi penser au concordat qui le lie aux autres cantons romands. Un quartier pour femmes pourrait ainsi être créé.

La construction de la prison des Dardelles doit encore franchir plusieurs étapes. Le gouvernement espère que le Grand Conseil empoignera le dossier au début de l'année prochaine. Les députés devront débattre des modifications de zones et du crédit d'investissement. La prison pourrait être inaugurée en 2021.

Le bilan 2016 de l'office cantonal de la détention montre que le nombre de détenus incarcérés à Genève demeure stable et s'établit en moyenne à 842 personnes. A ces chiffres s'ajoutent 98 détenus, qui ont été condamnés par la justice genevoise, mais qui sont incarcérés hors du canton.

Un pavillon à utiliser

L'établissement Curabilis, destiné aux détenus atteints de troubles psychiatriques et condamnés à des mesures par la justice, commence, de son côté, à fonctionner à son rythme de croisière. Toutes les unités ont été mises en service. Il reste encore à trouver une affectation pour le pavillon qui devait servir à la sociothérapie.

«Nous allons prendre en compte les demande des autres cantons et voir si des personnes sous le régime des mesures peuvent être concentrées là, en fonction de leur pathologie», a noté M.Maudet. Une décision interviendra rapidement, avant le 30 juin en tout cas, a ajouté le conseiller d'Etat.

(ATS)

Ton opinion