Mort du petit Aylan: Prison réclamée pour deux passeurs présumés

Publié

Mort du petit AylanPrison réclamée pour deux passeurs présumés

Des procureurs turcs ont requis jeudi 35 ans de prison contre deux Syriens.

1 / 29
Le père du petit Aylan Kurdi, retrouvé noyé sur une plage turque et dont la photo avait fait le tour du monde il y a un an, déplore mercredi que les morts en mer «continuent» et que «personne ne fasse rien», dans le quotidien allemand «Bild». (Mercredi 31 août 2016)

Le père du petit Aylan Kurdi, retrouvé noyé sur une plage turque et dont la photo avait fait le tour du monde il y a un an, déplore mercredi que les morts en mer «continuent» et que «personne ne fasse rien», dans le quotidien allemand «Bild». (Mercredi 31 août 2016)

AFP
Un célèbre graffiti géant représentant le petit Aylan, un réfugié syrien de trois ans dont la mort avait ému le monde entier, a été vandalisé à Francfort en Allemagne, a appris jeudi l'AFP auprès de la police. (Jeudi 23 juin 2016)

Un célèbre graffiti géant représentant le petit Aylan, un réfugié syrien de trois ans dont la mort avait ému le monde entier, a été vandalisé à Francfort en Allemagne, a appris jeudi l'AFP auprès de la police. (Jeudi 23 juin 2016)

AFP
La justice turque a condamné vendredi à quatre ans de prison deux passeurs syriens, jugés pour le naufrage d'un bateau de réfugiés qui avait causé en septembre la mort du petit Aylan Kurdi, devenue un symbole planétaire du drame des migrants. (4 mars 2016)

La justice turque a condamné vendredi à quatre ans de prison deux passeurs syriens, jugés pour le naufrage d'un bateau de réfugiés qui avait causé en septembre la mort du petit Aylan Kurdi, devenue un symbole planétaire du drame des migrants. (4 mars 2016)

Keystone

Les deux hommes sont accusés d'être liés à la noyade d'Aylan, un petit Syrien dont l'image du corps échoué sur une plage turque a bouleversé le monde il y a trois mois.

Les deux hommes, deux Syriens, sont accusés d'avoir «causé la mort par négligence délibérée» et de «trafic d'êtres humains», selon l'acte d'accusation. Celui-ci a été envoyé à un tribunal de Bodrum (ouest), qui doit encore l'accepter, signale l'agence de presse progouvernementale Anatolie. Les enquêteurs cherchent toujours à identifier six autres suspects, quatre Turcs et deux Syriens.

La photo du corps d'Aylan, trois ans, retrouvé sur une plage de Turquie au mois de septembre alors que sa famille tentait de rejoindre l'Europe, avait délenché une vague d'émotion planétaire. Le frère aîné d'Aylan, à peine plus âgé, ainsi que leur mère, ont également péri lorsque l'embarcation qui les transportait vers l'île grecque de Kos a fait naufrage.

Le magazine américain «Time» a intégré la photo d'Aylan dans son classement annuel des 100 clichés les plus marquants de l'année. Cette liste a été dévoilée lundi.

Contrôler les frontières

Depuis le début de l'année, plus de 650'000 migrants ont pris la mer depuis la Turquie pour rallier les îles grecques, a rapporté l'ONU. Sur la même période, plus de 500 d'entre eux, dont une grande majorité d'enfants, ont trouvé la mort, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Ankara et Bruxelles ont conclu fin novembre un accord prévoyant une aide européenne de 3 milliards d'euros à la Turquie, qui accueille 2,2 millions de réfugiés syriens. Cette aide a été conclue en échange de l'engagement de la Turquie à mieux contrôler ses frontières et à coopérer dans la lutte contre les passeurs qui opèrent depuis son rivage.

(ats)

Ton opinion