BMX - Privé de JO, Renaud Blanc fait de Paris un défi, pas une obsession
Publié

BMXPrivé de JO, Renaud Blanc fait de Paris un défi, pas une obsession

Une chute et tout s’est envolé le mois dernier pour le Genevois qui rêvait, après Rio, de Tokyo. Il regardera les Jeux à la télévision.

par
Christian Maillard
Renaud Blanc refaire son paquetage pour les prochains JO à Paris.

Renaud Blanc refaire son paquetage pour les prochains JO à Paris.

YVAIN GENEVAY/LMD

Il a tout fait pour aller bondir avec son BMX sur les bosses de Tokyo mais ce coquin de destin lui a mis des bâtons dans les roues. Après avoir endossé le rôle de remplaçant de David Graf à Rio de Janeiro, Renaud Blanc s’était juré de se mettre cette fois-ci en selle cet été lors des JO au Japon à côté du Zurichois. Le Carougeois en avait d’ailleurs fait son gros objectif de la saison, une véritable obsession.

Mais voilà, une chute et tout s’est envolé le mois dernier. Un cauchemar. «J’ai fini avec une main cassée et le ticket olympique en moins», soupire le Genevois de 30 ans, forcément déçu de ce qu’il lui est arrivé, lors de cette épreuve de Coupe du monde. Mais, précise-t-il, bon perdant: «Même si cela n’a rien arrangé, ce n’est pas à cause de cette chute que que j’ai perdu mon ticket olympique. Simon Marquart, qui s’est qualifié ce week-end là, a mérité sa place. En plus, il a remporté la Coupe du monde…»

«Je ne vais pas me mettre dès maintenant la pression pour ces Jeux. Car si ça se trouve, c’est peut-être le truc qui a joué contre moi pour Tokyo. À la fin cette satanée pression était devenue très lourde!»

Renaud Blanc

Si ce gros coup d’arrêt lui a sapé, sur le coup, méchamment son moral, Renaud Blanc ne s’est pas laissé abattre pour autant. «La motivation est toujours là», assure-t-il, prêt à reculer pour mieux sauter, à repartir pour un tour. Paris est son nouveau défi. «Mais, tempère l’athlète du Team de Genève, je ne vais pas me mettre dès maintenant la pression pour ces Jeux. Car si ça se trouve, sans me chercher des excuses, c’est peut-être le truc qui a joué contre moi pour Tokyo où à la fin cette satanée pression était devenue très lourde!»

Promis, juré, «RB» a retenu la leçon. «Je vais tenter de gérer le prochain cycle de manière différente et de ne pas me focaliser uniquement sur Paris 2024. Mon but sera d’aller à chaque course pour l’épreuve en elle-même et pas pour marquer absolument des points en pensant aux JO.» Voilà pour la théorie. Le Carougeois sait que c’est facile à dire, que des paroles aux actes, il y a parfois des interférences. Mais il va essayer…

En attendant d’enfourcher à nouveau son vélo en juillet, il prend son mal en patience, en salle de force, pour entretenir sa condition physique, avec une idée en tête: disputer les Mondiaux du 17 au 22 août à Arnhem-Papendal, aux Pays-Bas. «Sinon, j’espère bien disputer les dernières courses de Coupe du monde de fin de saison, renchérit cet homme qui ne supporte pas de rester inactif. Mais je regarderai tout de même les Jeux à la télévision, bien sûr, car je suis également un grand fan de sport.» Histoire de raviver la flamme olympique…

«Je regarderai tout de même les Jeux à la télévision, bien sûr, car je suis également un grand fan de sport»

Renaud Blanc

Après une année «presque blanche», sans compétition, à cause du Covid, cette chute tombée au plus mauvais moment, Renaud Blanc a déjà tourné la page, prêt à relever un nouveau défi, son Paris, mais pas une obsession…

Votre opinion