France : Procès rare d’un viol sur une prostituée trans sans-papiers
Publié

France Procès rare d’un viol sur une prostituée trans sans-papiers

«Un cumul de vulnérabilités» pour cette prostituée transgenre en situation irrégulière. Le procès démarre mardi aux assises à Paris.

Le 29 août 2018, des gens se rassemblent pour rendre hommage à Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transsexuelle de 36 ans qui a été tuée, dans la nuit du 16 au 17 août 2018, au Bois de Boulogne

Le 29 août 2018, des gens se rassemblent pour rendre hommage à Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transsexuelle de 36 ans qui a été tuée, dans la nuit du 16 au 17 août 2018, au Bois de Boulogne

AFP

C’est un procès rare qui démarre mardi aux assises à Paris: celui d’un homme accusé d’avoir violé une prostituée transgenre, Cristina, une Péruvienne en situation irrégulière. Un cumul des précarités qui fait des femmes comme elle des proies de choix pour les agresseurs.

Cristina, Angie, Claudia: leurs histoires se ressemblent à s’y méprendre. Ces personnes trans ont commencé à se prostituer au bois de Boulogne à Paris, après être arrivées du Pérou, de Colombie, d’Equateur. Elles n’ont pas de papiers, ne parlent pas français. Et ont subi des agressions, jusqu’au viol avec violences.

De mardi à jeudi, Cristina va être confrontée devant la cour d’assises à l’homme accusé de l’avoir violée, retrouvé grâce à la vidéosurveillance. Un procès rarissime, car ces femmes fragiles déposent rarement plainte et les investigations peinent à aboutir.

Personnes vulnérables

Retour en novembre 2018: selon l’accusation, l’homme aborde Cristina pour lui demander ses tarifs puis la viole sans préservatif, en la menaçant d’un couteau. Il est aussi soupçonné de lui avoir volé 150 euros.

Cristina a dû être hospitalisée en psychiatrie. Elle n’a pas retravaillé. Faute de moyens, elle n’a plus eu de logement stable et a dû interrompre son traitement hormonal.

Son avocat, Julien Fournier, s’est battu pour que l’affaire ne soit pas jugée en correctionnelle. «Si on est victime de viol, on n’est pas victime d’un délit. La reconnaissance de l’aspect criminel est extrêmement importante».

Les femmes comme Cristina «sont les personnes les plus vulnérables: d’origine étrangère, sans titre de séjour, prostituées, trans», souligne l’avocat. «Il faut les protéger». Pour le chercheur de l’université de Reims, José Reyes, «la plupart viennent en France pour exercer leur activité de prostitution, sortir de la pauvreté, continuer leur transition dans de meilleures conditions».

Angie

Angie avait besoin d’argent à son arrivée en 2019. Une copine lui a conseillé d’aller travailler au bois de Boulogne. Après Cristina, cette Colombienne verra-t-elle un jour son violeur dans le box des accusés?

En février 2020, un homme lui demande de «faire l’amour» pour 10 euros, raconte Angie à l’AFP. «Je ne travaille pas pour 10 euros», lui répond-elle. Mais il l’attrape par les cheveux. «J’étais en talons hauts, je ne pouvais pas fuir. Je me suis laissée faire. Il a tout fait avec violence». Sans préservatif et bien sûr sans payer.

Elle n’a pas déposé plainte. «Une amie m’a dit: la police ne fera rien». L’homme est revenu un mois plus tard. «Il me jette par terre. Il me frappe avec son poing». Angie se souvient du goût du sang sur son visage, du viol. Il lui a volé 30 euros dans ses collants, 70 euros dans ses gants.

Angie s’est rendue à l’hôpital pour soigner ses plaies. Une infirmière l’a envoyée au service médicojudiciaire de l’Hôtel-Dieu. Une enquête est en cours. Cette brune aux longs cheveux a toujours la marque des coups sur l’arcade sourcilière.

Claudia

Il y a aussi Claudia, en France depuis neuf ans. «Je suis venue parce que la situation n’était pas bonne en Equateur. Au bois, il y a des clients qui paient bien».

Mais en juillet 2019, à deux pas du restaurant chic le Pré Catelan, un homme lui demande combien elle prend. «Puis il m’a regardée en rigolant et a dit: «Je ne paie jamais»». Il l’a frappée à la tête, elle s’est réveillée à l’hôpital. «J’ai peur de travailler. Je fais le minimum, juste pour gagner de quoi survivre», raconte-t-elle à l’AFP.

Angie et Claudia pensent avoir été agressées par le même homme. Toutes deux, comme de nombreuses autres «compañeras», sont soutenues par Giovanna Rincon, directrice de l’association Acceptess-T, défendant les droits des personnes transgenres. «Elles cumulent les vulnérabilités. C’est l’extrême exclusion», dit-elle.

L’agresseur «part du principe que personne ne va les défendre, qu’il peut donc tout leur faire subir». Elle dresse le profil type: un homme qui n’assume pas son attirance pour des personnes trans et qui veut la leur faire payer. Ou un homme qui «veut juste assouvir ses besoins», mais gratuitement, car pour lui, «ça ne coûte rien une femme trans».

Le procès de Cristina démarrera un an après la mort de Jessyca Sarmiento, une prostituée péruvienne transgenre renversée par un automobiliste dans le bois de Boulogne. L’acte était délibéré selon des témoins.

En août 2018, c’est Vanesa Campos, elle aussi Péruvienne, qui avait été retrouvée agonisante, près de son abri de fortune, quelques draps tendus dans le bois. Neuf hommes doivent être jugés aux assises, dont trois pour meurtre.

(AFP)

Votre opinion