Publié

SuisseProches aidants: soutien au projet du gouvernement

Le projet du Conseil fédéral comprend quatre mesures, comme un congé de prise en charge pour les parents d'enfants gravement atteints dans leur santé.

Un consensus se dégage lentement à Berne sur l'importance du travail fourni par les proches aidants.

Un consensus se dégage lentement à Berne sur l'importance du travail fourni par les proches aidants.

Keystone

La conciliation entre activité professionnelle et prise en charge d'un proche devrait être améliorée. La commission de la sécurité sociale du Conseil national soutient par 12 voix contre 8 et 1 abstention un projet du Conseil fédéral.

Le projet du Conseil fédéral comprend quatre mesures: la réglementation des absences professionnelles de courte durée, un congé de prise en charge pour les parents d'enfants gravement atteints dans leur santé, l'extension du droit aux bonifications pour tâches d'assistance, ainsi que le versement de l'allocation pour impotent et le supplément pour soins intenses de l'AI également pendant l'hospitalisation des enfants.

Dans un communiqué diffusé vendredi, la commission souligne la nécessité de prendre des mesures «dans ce volet majeur de la politique sociale». Selon elle, il est essentiel que le travail important qui est fourni bénévolement par les personnes s'occupant d'un proche soit mieux reconnu et qu'il soit soutenu financièrement.

Une minorité de la commission a proposé de ne pas entrer en matière sur le projet. Elle préfère des solutions élaborées avec les partenaires sociaux à un dispositif étatique, «d'autant que de telles solutions existent déjà et fonctionnent». Elle s'oppose en outre à une hausse des charges financières que supportent les assurances sociales.

Conseil fédéral suivi

Lors de ses discussions, la commission a largement suivi l'avis du Conseil fédéral. Elle soutient la limitation du congé pour la prise en charge de proches à trois jours par cas et à dix jours par an. Différentes propositions visant à raccourcir ou rallonger ce délai ont été rejetées.

La commission s'est également ralliée au Conseil fédéral sur la question d'un congé de prise en charge de 14 semaines au plus, destiné aux parents d'enfants gravement atteints dans leur santé. Les coûts de cette indemnisation sont évalués à 74 millions de francs par an.

Une minorité a proposé de prolonger à 28 semaines au plus le congé indemnisé, pour permettre une prise en charge aussi longue que possible d'enfants souffrant de maladies graves telles que le cancer.

Le Conseil national examinera le projet à l'automne.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!